Menu
Écouter le direct

Le virtuose du violon Ivry Gitlis est mort

Publié lepar FIP.fr avec AFP
Ivry Gitlis à Marseille en 1993 (Patrick BOX/Gamma-Rapho)
Ivry Gitlis à Marseille en 1993 (Patrick BOX/Gamma-Rapho) ©Getty

Le maestro israélien vient de s’éteindre en cette veille de Noël à l’âge de 98 ans.

Violoniste virtuose mondialement reconnu, aimant partager sa passion avec le plus large public, Ivry Gitlis vient de s’éteindre à l'âge de 98 ans, à Paris, a annoncé sa famille à l’agence France-Presse. La mort de ce musicien, qui a joué dans les salles les plus prestigieuses et avec les plus grands orchestres est survenue jeudi matin, a précisé l'un de ses quatre enfants, David Gitlis. 

Né le 25 août 1922 à Haïfa en Israël, les parents d'Ivry Gitlis avaient quitté l'Ukraine pour la Palestine alors sous mandat britannique. "Quand j'ai eu 5 ans, on s'est cotisé pour m'acheter un violon. Depuis, le violon fait partie de moi-même", a-t-il écrit dans son autobiographie L'âme et la corde.

Le violoniste réputé Bronislaw Huberman entend jouer le petit prodige à 9 ans et organise une collecte de fonds pour le faire partir en Europe. Ivry Gitlis entre à 11 ans au Conservatoire National de Musique de Paris et décroche le Premier prix deux ans plus tard. Il poursuit ses études avec Georges Enesco, Jacques Thibaud et Carl Flesch. Ivry Gitlis fit ses débuts aux Etats-Unis en 1955. Les tournées dans le monde entier s'enchaînent et il joue avec les plus prestigieuses formations: orchestres Philharmoniques de New York, Berlin, Vienne, Philadelphie, d'Israël etc, sous la direction de chefs comme Zubin Mehta, Charles Dutoit ou Eugène Ormandy.

Ambassadeur de bonne volonté de l'Unesco, cet Israélien résidant en France avait une place à part dans le monde musical classique : réputé pour ses interprétations, parfois atypiques, du répertoire, il était également à l'aise dans le jazz ou la musique tzigane et jusqu’au rock sixties alors qu'on l'aperçut notamment dans le film musical Rock and Roll Circus initié par les Rolling Stones.  

Cheveux blancs en broussaille et yeux bleus perçants, personnalité charismatique, fantasque, farouche et narcissique, Ivry Gitlis jouait généralement, immobile et les yeux fermés. Son violon : un Stradivarius de 1713 acquis en 1964. Artiste populaire, volontiers présent à la télévision à la fin du XXe siècle, il fut notamment l'un des invités de prédilection de l'émission culte de Jacques Chancel Le Grand Échiquier.  

Le violoncelliste Gautier Capuçon a fait part sur les réseaux sociaux de son "immense tristesse" après le décès de cette "légende du violon", tandis que son frère, Renaud Capuçon saluait "un astre pour tous les violonistes", "le dernier des Tsars du violon à avoir traversé le 20eme siècle". Premier artiste israélien à se produire en URSS (en 1955), fondateur de nombreux festivals (à Vence, Menton, Saint-André-de-Cubzac etc), Ivry Gitlis était également un ardent défenseur du processus de paix israélo-palestinien.