Menu
Écouter le direct

Le Kaiser Quartett développe sa propre dynamique

Publié lepar Guillaume Schnee
Kaiser Quartett / Tim Fulda
Kaiser Quartett / Tim Fulda

Après plusieurs années à accompagner les projets fous du pianiste Chilly Gonzales, le quatuor de Hambourg s'émancipe avec un premier album de compositions originales lumineuses.

Composée des violonistes Adam Zolynski et Jansen Folkers, du violoncelliste Martin Bentz et de l'alto Ingmar Süberkrüb, la formation hambourgeoise s'est vite distinguée avec son exécution précise d'une musique classique allant chercher ses inspirations dans le répertoire rock, électro voire hip hop. Une volonté de décloisonner le genre classique que le Kaiser Quartett a partagé, dès 2011, avec l'insaisissable pianiste et producteur Chilly Gonzales, croisant la route d'artistes comme Jarvis Cocker, Daniel Hope, Boy, Anna Ternheim, Bosse, Ulrich Tukur ou Boys Noize au sein du projet Octave Minds. Des aventures qui ont logiquement conduit le quatuor à se plonger dans ses propres expérimentations sur un premier album homonyme attendu le 13 septembre chez Pias.

Sur ces douze compositions originales les virtuoses du Kaiser Quartett dessinent et plient leurs arcs avec une précision mécanique. Ils inventent leurs propres dynamiques dans un langage musical cinématique peu académique en s'inspirant de titres du trip hop de Brighton de Portishead ou Massive Attack, des productions de Giorgio Moroder ou Daft Punk. « Le sampler le plus cher du monde », déclarait le facétieux Chilly Gonzales à propos du groupe.

Le Kaiser Quartett est en concert le 8 octobre au Café De La Danse à Paris.