Menu
Écouter le direct

Exclu : le nouvel album sibérien de Konstantin Kokourov

Publié lepar Catherine Carette
Konstantin Kokourov - Album Notes - Photo d'Evgeniy Ryazhin
Konstantin Kokourov - Album Notes - Photo d'Evgeniy Ryazhin

Le jeune compositeur russe dévoile "Notes" un premier album expressif pour piano et orchestre, dans les bacs le 25 octobre.

Konstantin Kokourov présente un opus inspiré par la nature grandiose de la Sibérie et sa mythologie, porté par le label indépendant français Evidence Classics. Les dix pièces de Notes ont été enregistrées au Teldex Studio de Berlin avec le Chœur académique de Sveshnikov et l’orchestre Scoring de Berlin, dirigé par Bernard Wünsch. La partition de piano a été confiée à Pavel Shatskiy et le son à Tobias Lemann : 

Konstantin Kokourov est né en Sibérie centrale, à Irkutsk et vit aujourd'hui en Croatie, à Zagreb . S'il a transpiré sur le gros son death metal d'Amon Amarth et des groupes Pantera, Satyricon, Dragon Force, il s'est nourri des œuvres de Prokofiev et Rachmaninoff. Pour lui, le classique est beaucoup plus proche du métal que le jazz ou la musique pop. Ancré sur les techniques qu'ont développées les compositeurs classiques, il crée son propre univers. 

Konstantin Kokourov - Photo d'Anastasia Ivanova
Konstantin Kokourov - Photo d'Anastasia Ivanova

Des grottes de glace aux montagnes isolées et aux forêts gelées, en passant par la "petite mer"du mythique lac Baïkal, Konstantin Kokourov célèbre les splendeurs de son pays natal et en fait resurgir les mystères :

Il aime travailler sans contrainte, être son propre maître. C'est ainsi qu'il peut transcrire ses sentiments.. De Flaming sun à Ice cave, en passant par Air ( une composition de son maître Jason Becker, grande figure de la guitare métal et néoclassique, aujourd'hui paralysé par une maladie neurovégétative) le disque développe toute une palette d'émotions. A l'image de la diversité et de la beauté saisissante des paysages et du rude climat de ces contrées, sa partition convoque aussi bien le vent glacial à se lever que le soleil à dissiper le brouillard.  

Notes - Konstantin Kokourov
Notes - Konstantin Kokourov