Menu
Écouter le direct

"Shaman!" la conscience afro-jazz d'Idris Ackamoor & The Pyramids

Publié lepar Guillaume Schnee
Idris Ackamoor & The Pyramids / Photo Sophie Valentin
Idris Ackamoor & The Pyramids / Photo Sophie Valentin

Plus spirituel que jamais le collectif avant-gardiste du saxophoniste Ackamoor poursuit son voyage cosmique avec un nouvel album épique et présente un premier titre dédié au pianiste et poète américain Cecil Taylor.

Groupe mythique de l'afro-jazz libertaire et militant de la côte ouest des années 70, Idris Ackamoor & The Pyramids a fait une pause de 35 ans avant de revenir sur scène avec sa musique exploratoire mêlant percussions africaines, spiritual jazz, free jazz et groove puissant. Toujours dirigée par son leader charismatique Idris Ackamoor, insaisissable multi-instrumentiste, la formation se présente en septet sur son nouvel album Shaman! produit par Malcolm Catto, tête pensante de l'institution britannique du groove The Heliocentrics. Une nouvelle oeuvre moins militante que le précédent album An Angel Fell avec ses thèmes plus introspectifs et spirituels comme cette suite extatique et épique de 8mn en hommage au pionnier du free jazz Cecil Taylor qui fut professeur du saxophoniste Ackamoor :

Je voulais profiter de cet album pour aborder certains des problèmes auxquels nous sommes tous confrontés en tant qu'individus dans l'espace intérieur de nos âmes et de notre conscience. 

Le saxophoniste au chorus tumultueux est accompagné ici par le Dr Margaux Simmons à la flûte (membre du groupe originel), Bobby Cobb à la guitare, l'associée de longue date Sandra Poindexter au violon, Ruben Ramos à la basse, Gioele Pagliaccia à la batterie et Jack Yglesias aux percussions. L'album, enregistré à Londres, évoque les thèmes de la vulnérabilité masculine, la perte d'êtres chers, la vie après la mort et le pardon. Sur le titre The Last Slave Ship, Ackamoor s’adresse aux ancêtres, évoquant le dernier navire à avoir amené des esclaves aux États-Unis depuis l’Afrique, le Clotilda. Un thème récurrent pour le groupe aux inspirations panafricaines illustrées par la magnifique peinture de l'artiste japonais Tokio Aoyama sur la couverture de l'album.

L'album "Shaman!" sort le 7 août sur le label Strut / Tokio Aoyama
L'album "Shaman!" sort le 7 août sur le label Strut / Tokio Aoyama

Le groupe The Pyramids a été fondé en 1972 par trois étudiants de l’Antioch College de Yellow Springs dans l’Ohio sous la houlette du pianiste free Cecil Taylor. Après un passage à Paris, le musicien, acteur et directeur de la compagnie artistique Cultural Odyssey Idris Ackamoor, la flûtiste Margo Simmons et le bassiste Kimathi Asante, partent en tournée à travers l'Afrique. A leur retour ils vont enregistrer trois albums de fusion afro-jazz en totale indépendance, Lalibela  en 1973, King of Kings en 1974 et Birth/Speed/Merging en 1976. Entre polyrythmies africaines, grooves explosifs, improvisations jazz et performances scéniques hautement théâtrales, The Pyramids est devenu culte en seulement cinq ans. Le groupe s'est séparé en 1977 après une dernière prestation à l’UC Berkeley Jazz Festival, avant de renaître en 2012 avec Otherwordly, sur le label allemand Disko B.