Menu
Écouter le direct

"Personal Belongings" le regard d'Omer Klein sur le monde

Publié lepar Catherine Carette
Omer Klein Trio - Personal Belongings - Photo Warner
Omer Klein Trio - Personal Belongings - Photo Warner

Le pianiste israélien, musicien incontournable des scènes new-yorkaise et allemande, met en musique ses sentiments et ses interrogations sur notre civilisation.

Sur ce neuvième disque, Personal belongings, le troisième publié chez Warner (après Sleepwalkers et Radio Mediteran), le poète du piano nous offre une musique sans frontières en solo et avec ses fidèles compagnons, le bassiste Haggai Cohen-Milo et le batteur Amir Bresler. Entre plages contemplatives, romantisme du Moyen-Orient et improvisation jazz, les dix titres de l’album écrit pendant la pandémie, témoignent de son ressenti en tant qu’être humain, musicien, père de famille. 

Omer Klein, petit-fils d'immigrants venant de Tunisie, de Libye et de Hongrie, est né en Israël comme ses parents. Après une formation à la Thelma Yellin High School of the Arts à Givatayim, il s'est installé aux États-Unis, à Boston, où il a étudié notamment le piano jazz avec le maître Danilo Perez, surnommé "Panama Monk". En 2005, il s'installe à New York pour perfectionner sa formation auprès du discret géant du jazz Fred Hersch. Remarqué par John Zorn, il sort l'album Rockets on the Balcony sur le label Tzadik du célèbre musicien avant-gardiste et producteur. Aujourd'hui il vit en Allemagne, à Francfort avec l'actrice Viola Pobitschka et leurs trois enfants. 

Omer Klein - Photo de Peter Hönnemann
Omer Klein - Photo de Peter Hönnemann

Omer Klein a écrit des chansons et s'est produit avec des artistes emblématiques comme Arik Einstein, Gidi Gov, Yehudit Ravitz et Rona Kenan. Compositeur et interprète prolifique, son jazz s'enrichit des musiques folkloriques israéliennes et orientales. Sur ce nouvel album, il présente six titres pour piano solo et quatre autres en compagnie de ses partenaires de longue date, un aller-retour permanent entre solitude et le besoin de se retrouver. Le titre éponyme de l'album Personal belongings est une reprise intimiste du classique What a Wonderful World de Louis Armstrong (signé Bob Thiele et George Weiss), histoire de terminer sur une note d'espoir . 

"Personal belongings" est sorti le 17 septembre sur le label Warner Music