Menu
Écouter le direct

Le voyage hypnotique du power trio féminin Nout

Publié lepar Catherine Carette
Nout - Photo de Rafaelle Rinaudo
Nout - Photo de Rafaelle Rinaudo

Entre plages oniriques et orages, la flûtiste Delphine Joussein, la harpiste Rafaëlle Rinaudo et la batteuse Blanche Lafuente célèbrent la déesse du ciel.

Elles ne sont pas nées de la dernière pluie, les musiciennes chevronnées et passionnantes du trio Nout, finaliste du dispositif Jazz Migration #7 (programme novateur et ambitieux d'accompagnement du jazz et des musiques improvisées). Et pourtant elles ont la fougue et la candeur des premiers émois. Le trio s’est constitué autour d’une envie furieuse de danser après toute cette année de pandémie. Sous l'impulsion de Delphine Joussein, le groupe insolite formé d'une flûte traversière avec effets, d'une harpe électrifiée et d'une batterie, sort son premier EP Nout le 7 septembre et fait la prochaine tournée Jazz Migration. On a hâte de les voir sur scène. 

La divinité Nout est omniprésente dans l’Égypte antique. Représentée nue à quatre pattes, formant une voûte étoilée, elle protège les Égyptiens. Elle avale le soleil chaque soir pour le remettre au monde le matin. C’est pourquoi, en plus de figurer le ciel, elle incarne la résurrection. C'est l'énergie bienveillante et pleine de vitalité de Nout qui a inspiré la flûtiste Delphine Joussein, la harpiste Rafaëlle Rinaudo et la batteuse Blanche qui naviguent entre métal rock, jazz et noise, avec des envolées spirituelles à la Sun Ra .

Pour nous c’est l’exulte, la joie de retourner à la scène .... les extérieurs, l’espace, la danse - Rafaëlle Rinaudo.

L'envie première était de travailler sur le son du groupe qui met en valeur leur instrumentarium original, avant de se pencher sur les compositions, explique Delphine Joussein. "Et aussi d'exprimer un maximum d'émotions, de scénarios, d'histoires de rebondissements dans des compositions évolutives". Joie, tristesse, colère, hurlements .... Tout est dans les doigts de la flûtiste qui joue comme elle parle. Alors que les compositions de la harpiste sont plus linéaires, avec des motifs rythmiques qui s’enchaînent, des riffs qui se superposent et du gros son qui explose, soutenu par le jeu précis et virevoltant de la surprenante batteuse venant du punk garage.  

Enregistré par Johann Berger à La Dynamo de Banlieues Bleues en juin 2021, l'EP sort mardi 7 septembre sur le label Gigantonium avec une release party à 20h au Festival Jazz à la Villette, la Dynamo de Banlieues Bleues.

En concert :  

07.09.21 - Festival Jazz à la Villette, la Dynamo
24.07.2021 - Vague de Jazz, les Sables d'Olonne