Menu
Écouter le direct

Roberto Negro dévoile "Lime", premier clip insolite de son nouveau miracle

Publié lepar Catherine Carette
Roberto Negro - Photo Jean-Pascal Retel - visual artwork Félix Klein
Roberto Negro - Photo Jean-Pascal Retel - visual artwork Félix Klein

Avec "Papier Ciseau" qui sortira à l'automne, le pianiste évoque l’enfance et la magie de l’apprentissage en compagnie de ses camarades Émile Parisien, Michele Rabbia et Valentin Ceccaldi.

A l'image de ce divertissement nommé "Pierre-Papier-ciseaux", où chaque joueur met une main dans le dos et choisit un des trois coups possibles pour le symboliser avec sa main ou ses deux doigts, Roberto Negro nous embarque dans un jeu de stratégie fou qui requiert d'excellents réflexes, que seuls des musiciens de haute voltige et de grande liberté peuvent mettre sur le tapis. A déguster en avant-première, le calme et l'acidité soudaine du titre Lime (citron vert) qui nous fait passer "du nu au plein" dixit le pianiste. Un clip réalisé par Jean-Pascal Retel, à découvrir en avant-première :

Après trois années aux sensations fortes d'une aventure initiée à Rome lors du festival "Una Striscia di Terra Feconda" et son aboutissement avec l'opus Saison 3, primé Album sensation de l’année aux Victoires 2018, le trio Dadada de Roberto Negro poursuit sa route avec un quatrième larron à la basse, fidèle compagnon de scène, membre, tout comme le pianiste, du truculent TriCollectif. Pour ce jeu de découverte aux tonalités insolites, le violoncelliste Valentin Ceccaldi se retrouve à la basse, histoire d'amener "quelque-chose de plus brûlant, moins chambriste", précise Roberto, "plus vivace, un peu plus rugueux" qu'ils avaient envie d'explorer. 

Il a tellement la capacité de prendre un ouvrage et de tout de suite en sortir de la musique ! Et dans l'idée de l'enfance, il apporte quelque chose de très vert ( d’ailleurs sa basse est verte) et de très étonnant, parce que c’est Valentin, quoi ! 

Avec le percussionniste et batteur Michele Rabbia et le saxophoniste Emile Parisien, l'osmose est là, d'emblée. "Ça coule tout seul de travailler avec eux" dixit Roberto. "Michele, j'aime l'univers qu’il s’est construit depuis des années en mêlant jeu de batterie, travail sur l’électronique, traitement des effets. Tout est parfaitement lié, ça fait vraiment partie de lui maintenant, il a une identité très forte". 

Ceccaldi, Rabbia, Negro, Parisien - Photo Jean-Pascal Retel - artwork Félix Klein
Ceccaldi, Rabbia, Negro, Parisien - Photo Jean-Pascal Retel - artwork Félix Klein

Dans l’œuvre de Roberto Negro, tantôt volontairement naïve, tantôt délurée, il y a toujours cette écriture lyrique qu'il a choisi de faire porter par le vif et sensuel saxophoniste Émile Parisien qui fait surgir une fulgurance éblouissante. "Il amène la joie".  

Pour célébrer la spontanéité de nos jeunes années et cette belle aventure qu'est la formation, la joyeuse troupe nous embarque dans une quête musicale essentialiste qui met en avant, dans la construction des morceaux, "la liberté, comme le ferait un enfant qui découvre une matière et qui passe d’une chose à une autre brusquement sans prévenir."

Si la fraîcheur et la confusion sont permanentes dans ce Papier Ciseau, l’œuvre n'a rien d'un jeu de hasard. Le postulat de départ étant que ce que le quartet allait emmagasiner en studio, Roberto Negro allait le retraiter ensuite seul et avec l'ingénieur du son Mathieu Pion. 

L'album est à la fois live, car on a joué pratiquement dans la même pièce, et très produit (...) avec de l’électronique, en travaillant la matière. 

Sans cesse remettre l’ouvrage sur la table et se laisser surprendre par la tournure. Tel est le destin de ce pianiste ingénieux, virtuose et sincère, et de ses amis inspirants et inspirés qui multiplient les prouesses et les timbres pour nous exalter.

On aime tout à la fois la désinvolture et l'acharnement de ce travail d'orfèvre qui aboutit à un petit miracle onirique d'inventivité et d'espièglerie séduisamment déroutant.

La sortie de Papier Ciseau enregistré au Studio Gil Evans, d'Amiens et produit par Merci pour le poisson, Full Rhizome, Label Bleu, prévue à l'automne est reportée au 27 novembre.