Menu
Écouter le direct

Les souvenirs d’Aldo Romano sublimés dans "Reborn"

Publié lepar Catherine Carette
Aldo Romano - Photo de Julien Vivante
Aldo Romano - Photo de Julien Vivante

Le batteur mélodiste revisite les grands moments de son chemin musical avec Géraldine Laurent, Baptiste Trotignon, Michel Benita, Henri Texier, Enrico Rava …

Après le disque Mélodies en noir et blanc sorti en 2017 sur le label du Triton, le club de jazz invitait à nouveau Aldo Romano en mai 2019 pour une carte blanche de quatre concerts dont la quintessence restera gravée sur l’album Reborn. 

Le batteur et compositeur a souhaité donner une nouvel éclairage à quelques titres témoins de son riche parcours en compagnie d'artistes à la personnalité affirmée et dotés d'une grande sensibilité comme le clarinettiste Mauro Negri, la saxophoniste Géraldine Laurent, les contrebassistes Henri Texier et Michel Benita, le pianiste Jasper Van’Hof, le trompettiste Yoann Loustalot et le tromboniste Glenn Ferris. Ici la musicalité est à son comble dans ce quartet composé du pianiste Baptiste Trotignon, du contrebassiste Dary Hall et du trompettiste Enrico Rava : 

Les musiques naissent et meurent si on ne les joue pas. Et puis, elles renaissent quand de merveilleux musiciens les ressuscitent, leur redonnent vie. Pour exister encore, ces musiques attendaient les mains, les souffles de ceux qui ne les avaient pas oubliées (...). 

Dans ce vingt-cinquième album d'Aldo Romano, fils d'immigrés italiens, venu à Paris à l'époque du free jazz, il y a toute la nostalgie des moments vécus avec des compagnons de route aujourd'hui disparus. C'est aussi une salutation à la vie d'artiste qui permet encore et toujours de précieuses rencontres humaines et de si belles fulgurances musicales. Ici s'expriment toute la finesse et l'élégance du jeu d'Aldo Romano et son infinie exploration des timbres : 

Musicien, compositeur, auteur, interprète, guitariste à ses heures, le jeune Aldo Romano aimait danser le be-bop dans les caves de St Germain des Prés. Dans les années 70, il chantait de la pop et a toujours gardé un lien avec la chanson en écrivant notamment pour Henri Salvador ou Claude Nougaro, son grand frère de cœur, avec qui il a joué et composé une vingtaine de titres. Du be-bop au free-jazz, en passant par la fusion, ce sideman recherché a joué avec Don Cherry, Gato Barbieri, Enrico Rava, Steve Lacy, Bud Powell, Bill Evans, Michel Petrucciani, Carla Bley, Michel Portal, Joachim Kühn, Jean‐Luc Ponty, Franck Zappa, Keith Jarrett, , Didier Lokckwood et tant d’autres.

On se souvient notamment de son groupe 100% italien (1988), où il réunissait Paolo Fresu, Franco D'Andrea et Furio Di Castri ; du trio (1995) avec Louis Sclavis et Henri Texier qui donnait lieu à ces magnifiques Carnets de Routes d'un voyage en Afrique centrale, illustrés par les photos de Guy Le Querrec, suivi de Suite Africaine qui nous emmenait en Afrique de l’Est ; ou encore de l'album Palatino avec Michel Benita, Glenn Ferris et Paolo Fresu (remplacé plus tard par Yoann Loustalot). 

Reborn est sorti le vendredi 13 novembre sur le label Le Triton/L’autre distribution.