Menu
Écouter le direct

Avec "Fragments" Yves Rousseau retrouve les fulgurances de King Crimson, Soft Machine, Genesis ...

Publié lepar Catherine Carette
Yves Rousseau septet - Photo de Jeff Humbert
Yves Rousseau septet - Photo de Jeff Humbert

En septet, le contrebassiste célèbre les grands groupes de rock progressif des années 70 dans un album attendu le 18 septembre.

Yves Rousseau est ouvert sur les musiques jazz, improvisées, classiques, contemporaines, du monde ainsi que sur la poésie. Tout comme il restituait la puissance évocatrice de l’œuvre de Shubert avec son Son Wanderer Septet, le contrebassiste, "metteur en scène musical" et arrangeur nous embarque vers des exaltations pop rock avec d'autres superbes musiciens et improvisateurs. Pour ce nouvel album enregistré avec l'ensemble Fragments fondé l'année dernière avec la saxophoniste Géraldine Laurent, le claviériste Étienne Manchon, le guitariste Csaba Palotaï, le tromboniste Jean-Louis Pommier, le clarinettiste basse Thomas Savy et le batteur Vincent Tortiller, Yves Rousseau se remémore ses années « lycée », lorsque ses groupes fétiches bouleversaient l’histoire de la musique. 

Pas de relectures, pas d’arrangements mais uniquement de nouvelles pièces originales, fruits de mon parcours d’improvisateur et de compositeur aux multiples influences, écrites dans le souvenir de ces exaltantes découvertes et de ces fulgurances…

Yves Rousseau s'est replongé dans l'écoute des disques de King Crimson, Pink Floyd, Emerson Like and Palmer, Genesis, Zappa, Jimi Hendrix ... avec délectation. Ces musiques puissantes l'ont impressionné et modelé avant qu'il ne se consacre au jazz, terre de toutes les libertés. 

Elles sont tout aussi importantes que d'autres et j'ai le sentiment qu'on les a trop vite mises de côté.

Au sein du Fragments Septet qui navigue entre rock progressif, musique de chambre et jazz, il se souvient du jeune musicien qu'il était, avide de découverte et le confronte à celui d’aujourd’hui, enrichi par les expériences musicales les plus diverses. Reminiscence, dédié à Soft Machine lance la navette à remonter le temps dans une ambiance spatiale avant que les cuivres à l'unisson nous rappellent le thème. S'en suit un clin d’œil à l'univers de Franck Zappa avec Personal Computer, puis Abyssal Ecosystem, Darkness Desire, Elastic Borders, Winding Pathway et un Efficient Nostalgia très pop rock pour clore les péripéties de sa mémoire revigorée :

Yves Rousseau privilégie les relations au long cours comme celles qu'il entretient avec le saxophoniste Jean-Marc Larché dans leur duo Continuum ou avec le batteur Christophe Marguet dans le quintet Spirit Dance ou encore avec Franck Tortiller et Pascal Vignon pour le trio RTV. Nous, on se souvient de son magnifique quartet formé avec le violoniste Régis Huby, de Poète, vos papiers ! avec Jeanne Added et Claudia Solal sur les mots de Léo Ferré ou encore de sa suite pour chœur mixte et saxophone soprano autour des sonnets de la poétesse Louise Labé. Adepte des projets singuliers, aujourd'hui entouré d'une équipe intergénérationnelle de haut vol, il fait se rencontrer des mondes sonores qui auraient pu ne jamais flirter ensemble. 

Fragments sort le 18 septembre sur le label nantais Yolk Jazzrecords. formes improvisées totalement ouvertes

Fragments - Yves Rousseau
Fragments - Yves Rousseau

Le concert de sortie est prévu le 23 octobre au Pan Piper à Paris