Menu
Écouter le direct

Le grand prix stupéfiant de Laurent Bardainne & Tigre d’Eau Douce

Publié lepar Ghislain Chantepie
Laurent Bardainne (Agnès Dherbeys)
Laurent Bardainne (Agnès Dherbeys)

Le saxophoniste passe la seconde sur "Félin Méchant", un nouveau clip givré en forme de road-trip psychotrope.

C’est à un drôle de safari que Laurent Bardainne nous convie aujourd’hui. Le saxophoniste français, colistier de Poni Hoax et de moult autres projets au cours de la précédente décennie, s’est attelé ces derniers mois à confectionner un premier long-format dédié à la note bleue. Baptisé Love Is Everywhere, ce disque multifacette publié en avril dernier a vu surgir de la brousse de mélopées qu’explore en permanence ce musicien un alter-ego inattendu, un « Tigre d’Eau Douce » à la robe aussi zébrée que les instincts de studio de son dresseur.

Avec son simple Apaches déjà, Laurent Bardainne s’était montré poète d’un jazz libéré et puisant dans le groove de son fauve en quartet composé du batteur Philippe Gleizes, du bassiste Sylvain Daniel, du percussionniste guadeloupéen Roger Raspail, et de l’organiste Arnaud Roulin. Avec Félin Méchant, le saxophoniste s’offre sur près de quatre minutes, des élancées cuivrées particulièrement entêtantes, aux textes hallucinatoires et bien dignes finalement d’une croisière sur l’asphalte. 

Alors, pour mettre en images ce titre pour le moins mystique, Bardainne a choisi de s’offrir une virée sur un circuit de l'est de la France où il a imaginé derrière le pare-brise de sa TR6 un périple déjanté pour son félin jazz. Dans ce clip bien maboul où le carburant employé n’est pas précisé, l’horizon des chicanes laisse bientôt la place à une jungle de GIF psychédéliques où s’entremêlent un bestiaire de félidés et une icône éternelle du folklore breton. Une jolie ballade dans l’au-delà, et par miracle sans sortie de piste.

Ce clip allie deux de mes passions : la course automobile et les bols bretons qui se prennent pour des soucoupes volantes