Menu
Écouter le direct

Décès du percussionniste cubain Cándido Camero

Publié lepar Guillaume Schnee
Cándido Camero à New York en 2008 / Jack Vartoogian/Getty
Cándido Camero à New York en 2008 / Jack Vartoogian/Getty

Véritable pionnier du Latin Jazz, le conguero s'est éteint le 7 novembre à New York à l'âge de 99 ans. Il avait joué avec les plus grands jazzmen de Dizzy Gillespie, à Art Blakey, Duke Ellington, Tito Puente, Sonny Rollins ou Elvin Jones.

Arrivé à New York en 1947, le multi-instrumentiste Cándido Camero a fait partie de ses premiers artistes cubains qui, à l'instar de Chano Pozo avec Dizzy Gillespie, ont bouleversé la musique américaine par leurs rythmes traditionnels. Avec ses bongos et surtout ses multiples congas, l'artiste originaire de San Antonio de los Baños était vénéré pour ses innovations rythmiques et a été un précurseur du latin jazz avant de s'aventurer vers d'autres territoires comme le funk et le disco. 

Il laisse un héritage immense avec une quinzaine d'albums en tant que leader et une multitude d'enregistrements avec les stars de la musique cubaine et du jazz comme Chico O'Farrill, Bebo Valdés, Tito Puente, Machito, Pérez Prado, Dizzy Gillespie, Billy Taylor, Kenny Burrell, Art Blakey, Duke Ellington, Wes Montgomery, Wynton Kelly, Sonny Rollins, Bobby Hutcherson, Elvin Jones ou Dexter Gordon.

Cándido Camero de Guerra avait appris à jouer du Tres aux côtés de son père et c'est avec cette guitare cubaine qu'il a fait ses débuts dans des groupes comme le septeto bolero de "Tata" Gutiérrez. Proche du conguero Mongo Santamaria qu'il accompagne pendant ses distributions de courrier, Cándido étudie les percussions auprès de son oncle Andrés Guerra et fait ses débuts aux bongos au club Tropicana de la Havane avant de rejoindre les États-Unis avec le couple de danseurs Carmen y Rolando. Pour des raisons économiques la revue ne peut embarquer tous les musiciens et Cándido apprend à jouer lui-même toutes les parties de batterie sur deux tambours, puis finalement trois. 

En 1948, il réalise son premier enregistrement américain avec Machito and His Afro-Cubans, qui lui présente Dizzy Gillespie avant que le pianiste Billy Taylor ne l'embauche en 1953. Son album Inolvidable a été nominé pour le Grammy Award du meilleur album latin tropical en 2004. En 2006, le documentaire Càndido: Hands of Fire réalisé par Iván Acosta revenait sur la carrière de l'immense conguero.