Menu
Écouter le direct

L’été rêvé de Ben LaMar Gay

Publié lepar Ghislain Chantepie
Ben LaMar Gay le 07 décembre 2018 aux Trans Musicales de Rennes | G. Chantepie
Ben LaMar Gay le 07 décembre 2018 aux Trans Musicales de Rennes | G. Chantepie ©Radio France

Le mystérieux jazzman de Chicago annonce un nouvel album et dévoile "Sometimes I Forget How Summer Looks on You", un premier extrait fusionnel.

Il fut l’une des plus belles surprises de l’édition 2018 des Trans Musicales de Rennes. Ben LaMar Gay, insaisissable figure de la scène jazz avant-gardiste de Chicago, avait alors livré en terre bretonne – et devant un public fasciné – un récit musical extatique, explorant avec modernité toutes les formes de la Great Black Music comme l'aurait fait Frank Zappa, Gil Scott-Heron ou Sun Ra. Celui qui avait brouillé les pistes des années durant, en publiant sous divers alias moult projets et collaborations aux confins du jazz, du rap, et de l’expérimentation, dévoilait ainsi ce soir-là une anthologie de sept albums enregistrés en secret pendant sept ans, mais jamais publiés. 

Trois ans ont passé depuis cette tournée magnifique, qui offrait à découvrir en live le premier album en nom propre de ce musicien hyperactif. Une nouvelle page est en passe de s’écrire désormais pour Ben LaMar Gay avec l’annonce d’un second album attendu le 19 novembre prochain via le label Nonesuch Records. Baptisé Open Arms To Us, ce nouveau disque promet une palette fusionnelle mêlant le jazz au hip-hop, le blues au ragga, et le R&B au tropicalia. Le cornettiste y retrouvera ses complices habituels (Tommaso Moretti à la batterie, Matthew Davis au tuba et Rob Frye aux bois) mais a également choisi d’inviter de nombreuses voix féminines sur ces nouvelles compositions.

Parmi celles-ci, les chanteuses Sima Cunningham et Macie Stewart du tandem rock Ohmme, natives elles aussi de Chicago. Le duo offre ainsi ses timbres à Sometimes I Forget How Summer Looks on You, le premier extrait de son nouveau disque dévoilé par Ben LaMar Gay. Une étreinte intemporelle, pleine de pulsations et de scintillements, et porté par le spoken-word hypnotique de Gay et les chœurs célestes de ses deux comparses. Vivement la suite.