Menu
Écouter le direct

Kate Bush exhume le clip vintage de « The Man I Love »

Publié lepar Ghislain Chantepie

La chanteuse anglaise prépare la sortie d’un coffret de raretés et de faces B au printemps.

La « Bushmania » est passée par là. Quatre ans après le retour surprise sur scène de l’une des chanteuses les plus populaires outre-manche (et qui a largement inspiré sa compatriote Adele), Kate Bush continue à filer son succès intact à coup d’albums remasterisés et de ressorties luxueuses. Après un triple-album live publié en 2016 et une réédition vinyle de l’ensemble de sa discographie l’an dernier, c’est un imposant coffret intitulé The Other Sides et pétri de raretés, de faces B et autres démos qui est désormais attendu le 22 mars prochain avec ses quatre disques.

L’un d’entre eux compile uniquement des reprises méconnues ou oubliées, tel le thème du film de Terry Gilliam Brazil, composé sur la base du Aquarela do Brasil original de 1939 écrit par Ary Barroso. Mais aussi ce The Man I Love, interprété en 1994 à l’occasion d’un album produit par George Martin et réunissant une pléiade de stars en hommage aux frères Gershwin, les auteurs de ce magnifique morceau. C’est la vidéo de ce titre, jamais ressortie officiellement depuis son passage à la TV au mitan des années 90, que la chanteuse anglaise a choisi de dévoiler aujourd’hui en forme de bonus de son nouveau coffret.

Kate Bush dans son studio en 1983 | Sunday Mirror/Getty
Kate Bush dans son studio en 1983 | Sunday Mirror/Getty ©Autre

Soyons honnêtes, ce clip comme ceux que Kate Bush a déjà exhumés ces derniers mois n’était pas introuvable sur Youtube, des copies ayant été postées depuis fort longtemps sous forme de rip de VHS vingtenaires. Si son caractère « inédit » est donc pour le moins excessif, la ressortie de The Man I Love est l’occasion en revanche de se plonger en haute qualité dans cette magnifique mise en images signée Kevin Godley. Terriblement vintage, le clip en noir et blanc figure ainsi Kate Bush telle une beauté d’un autre temps, glamour au possible et accompagnée sur ce standard par l’harmoniciste Larry Adler, grand ami des frères Gershwin.