Menu
Écouter le direct

Grand Impérial Orchestra défie les rythmes sur l'album "Music Is Our Mistress"

Publié lepar Guillaume Schnee
GRIO - GRand Impérial Orchestra / Photo Lucie Travaux
GRIO - GRand Impérial Orchestra / Photo Lucie Travaux

Le collectif français développe un jazz puissant et festif inspiré par les polyphonies et polyrythmies des Banda Linda d’Afrique Centrale, le swing tonitruant des Big-Band et la créativité humaniste du spiritual jazz.

Formation métamorphe en ébullition permanente, le collectif Impérial fait muter son jazz au gré de ses rencontres et de ses envies de voyages. Du jazz teinté de rock des débuts en quartet, au projet Pulsar avec les artistes maliens Ibrahima Diabaté et Oumarou Bambara, en passant par le folklore universel de Orphéon, les musiciens poursuivent leur quête humaniste et sans fin du rythme et de l'improvisation collective. C'est en octet qu'ils débarquent aujourd'hui sous le nom de Grand Impérial Orchestra avec l'un des plus beaux projets jazz de ce début d'année nommé Music Is Our Mistress, en référence à l'autobiographie de Duke Ellington.

Né dans l'imagination sans limite du quartet originel, à savoir les saxophonistes Gérald Chevillon, Sabatier, Joachim Florent (contrebasse) et Antonin Leymarie (batterie), le GRIO trouve sa source dans la musique, improvisée ou non, des grands ensembles historiques du jazz comme ceux d'Ellington, de Mingus, d’Ornette Coleman ou du Liberation Music Orchestra de Carla Bley et Charlie Haden. C'est aussi l'occasion de poursuivre avec ferveur l'exploration des polyrythmies africaines en arrangeant plusieurs airs traditionnels des Banda Linda d’Afrique Centrale comme sur ce titre Linda Linda expliqué par Gérald Chevillon :

Linda linda s'inspire des procédés utilisés par les musiciens de l'ethnie banda linda en Afrique centrale : chaque musicien joue une seule note à l'aide d'une trompe, et l'imbrication rythmique des différentes notes donne une résultante mélodique. Ici chaque joueur de trompe (trompettes, trombone, saxophone) joue 2 notes, il en résulte la  gamme de ré mineur mélodique qui constitue la base du morceau.

Le groupe s'ancre dans la tradition du jazz pour jouer avec ses codes, les cuivres soufflent l'énergie de ce jazz intense qui vit et festoie, bousculé toujours par des rythmiques aussi complexes que dansantes ou hypnotiques. L'octet se plaît dans les tempêtes groove et swing aussi bien que dans la douceur mélodique.  Une oeuvre puissante et exaltante réalisée grâce à l'arrivée des nouveaux venus dans cette bande de joyeux virtuoses qui vivent la musique comme une aventure : les trompettistes Fred Roudet (Possible Quartet, Workshop de Lyon) et Aymeric Avice (Que Vola, Jean-Louis), le tromboniste Simon Girard (François Corneloup, Tewje), et le pianiste finlandais Aki Rissanen (Dave Liebman, Verneri Pohjola).

Le GRand Impérial Orchestra est en concert :
le 18 janvier à la SMAC 07
le 19 janvier au Galpon Tournus
le 20 janvier au Pan Piper Paris (Paris XIe)