Menu
Écouter le direct

Gilles Peterson lance Arc Records avec une réédition de jazz cosmique

Publié lepar Ghislain Chantepie
Le batteur Tino Contreras dans les années 60 (Miramontess / Creative Commons)
Le batteur Tino Contreras dans les années 60 (Miramontess / Creative Commons)

Le DJ anglais exhume une pépite du batteur mexicain Tino Contreras pour inaugurer son nouveau label pointu.

Mais qu’est ce qui fait donc courir Gilles Peterson ? Voilà maintenant plus de 30 ans que ce Londonien natif de Caen arpente la planète, dispensant son groove derrière les platines du monde entier ou au micro de ses émissions de radio à la BBC (ou ailleurs). Actif sur tous les fronts, le parrain de l’acid-jazz patronne depuis 2006 déjà Brownswood Records, un label sans frontière qui a révélé au fil des ans José James, Ghostpoet ou encore Dayme Arocena.

Aujourd’hui, c’est vers les propres racines de sa dévorante passion que se tourne ce fan de Sun Ra en lançant Arc Records, un nouveau label axé sur la réédition de pépites aussi inspirantes que méconnues. Première sortie annoncée pour janvier 2020, Musica Infinita est un EP publié par le génial batteur de jazz mexicain (et quasi centenaire) Tino Contreras en 1978. Un EP aussi expérimental que psychédélique, presque subversif même à l'époque, et qui a marqué Gilles Peterson dès la première écoute.

Nourri de culture précolombienne et par la vieille tradition expérimentale mexicaine du micro-intervalle, ce disque se fait syncrétique lorsque Tino Contreras y fusionne la culture rythmique du jazz américain. Premier extrait exhumé aujourd’hui, Sinfonia Del Quinto Sol prend ainsi les allures d'une fresque cosmique de 10 minutes où les frontières du jazz se heurtent dans un concert de peaux, de cuivres, et de flûtes jusqu’à être ensevelies par cette fougue sonore transcendantale. 

Musica Infinita est le premier album provenant de cette région du monde où j'ai entendu cet incroyable son de jazz psychédélique. C'est une sorte de mix entre un disque de David Axelrod et une sortie de Saturn. Je l'ai toujours considéré comme l'une de mes pépites secrètes.