Menu
Écouter le direct

Exclu : « Motherless Child », spiritual vibrant d’Archie Shepp et Jason Moran

Publié lepar Ghislain Chantepie
Archie Shepp & Jason Moran | photo : Accra Shepp
Archie Shepp & Jason Moran | photo : Accra Shepp

Les deux jazzmen américains lèvent le voile sur leur prochain album avec une interprétation grave et grandiose de ce célèbre chant d’esclaves.

C’est une rencontre précieuse, synonyme à bien des égards de voyage dans le temps. Presque 40 années séparent le vénérable Archie Shepp de son cadet Jason Moran, ce brillant pianiste texan souvent aperçu en Europe aux côtés de Charles Lloyd. Les générations, pourtant, semblent aujourd’hui prendre le goût de simples saisons pour l’auteur d’Attica Blues qui cultive au creux de ses rides une éternelle jeunesse, et prépare donc avec son compatriote la sortie en février d’un nouveau disque à quatre mains.

Intitulé Let My People Go, cet album s’inscrit ainsi dans une longue suite de duos ayant réuni en studio depuis des décennies Archie Shepp à un pianiste de renom. Jason Moran prend, à cet égard, la succession lointaine d’illustres contemporains du saxophoniste tels que Cecil Taylor ou Horace Parlan pour ne citer qu’eux. Le jazz, aujourd’hui, sert encore de vecteur commun à ces deux musiciens pour se projeter plus loin encore, au temps d’une Amérique où l’infamie de l’esclavage poussait les damnés par milliers à chanter leur détresse.

Dans l’immense œuvre collective que forment les negro spirituals, Shepp et Moran ont choisi l’illustre Sometimes I Feel Like a Motherless Child pour lever le voile sur leur nouveau disque. Ce chant au désespoir poignant, maintes fois repris par le passé, forme ainsi le premier extrait de leur album et se découvre aujourd’hui par le biais d’une représentation inédite du morceau, filmée il y a quelques années à la Philharmonie de Paris. Une interprétation grave et grandiose du célèbre chant d’esclaves au travers d’une variation de plus de huit minutes, une oscillation tragique entre les cordes perçantes du pianiste et le souffle toujours libre d’Archie Shepp. Vibrant.