Menu
Écouter le direct

Exclu FIP : "Sunset" de Idris Ackamoor & The Pyramids

Publié lepar Guillaume Schnee
Idris Ackamoor & The Pyramids / Photo Alexis Maryon
Idris Ackamoor & The Pyramids / Photo Alexis Maryon ©Autre

Le combo américain d'afro-jazz mystique revient sur terre en mai avec l'album "An Angel Fell", une ode à la nature au groove cosmique.

Formation incontournable de la scène afro-jazz avant-gardiste des années 70, Idris Ackamoor & The Pyramid s avait comblé de bonheur tous les amateurs de jazz libertaire et militant en signant l'an dernier l'album We Be All Africans  après 35 ans de silence. Emmené par le tonitruant saxophoniste et multi-instrumentiste Idris Ackamoor (Bruce Baker), le groupe poursuit son voyage cosmique sur l'album An Angel Fell  prévu le 11 mai sur le label anglais Strut records. Une nouvelle collection de pépites afro-jazz et un voyage psyché produits par Malcolm Catto, tête pensante de l'institution britannique du groove The Heliocentrics.

Comme sur cette longue ballade hypnotique et extatique Sunset, on retrouve toute l'énergie créatrice de ces doux illuminés, contemporains de Sun Ra ou Fela Kuti, et grands frères de George Clinton. Ils distillent en choeurs leurs messages humanistes et écologiques entre deux envolées free furieuses et incantatoires du saxophoniste, les échappées pysché du violon et de la guitare ou la transe poly-rythmique du batteur et du percussionniste.

Idris Ackamoor / Photo Pat Mazzera
Idris Ackamoor / Photo Pat Mazzera ©Autre

Je voulais utiliser le folklore, la fantaisie et le drame comme une cloche d'avertissement. Les chansons explorent des thèmes globaux comme le changement climatique et notre manque d'intérêt pour notre planète, la perte d'innocence et de séparation … mais aussi des thèmes positifs, le pouvoir de guérison de la musique, l'action collective et la simple beauté de la nature. _Idris Ackamoor _

Le groupe The Pyramids a été fondé en 1972 par trois étudiants de l’Antioch College de Yellow Springs dans l’Ohio sous la houlette du pianiste free Cecil Taylor. Après un passage à Paris, le musicien, acteur et directeur de la compagnie artistique Cultural Odyssey Idris Ackamoor, la flûtiste Margo Simmons et le bassiste Kimathi Asante, partent en tournée à travers l'Afrique. A leur retour ils vont enregistrer trois albums de fusion afro-jazz en totale indépendance, Lalibela  en 1973, King of Kings  en 1974 et Birth/Speed/Merging  en 1976. Entre polyrythmies africaines, grooves explosifs, improvisations jazz et performances scéniques hautement théâtrales, The Pyramids est devenu culte en seulement cinq ans, le groupe s'est séparé en 1977 après une dernière prestation à l’UC Berkeley Jazz Festival, avant de renaître en 2012 avec Otherwordly  sur le label allemand Disko B.