Menu
Écouter le direct

Dayme Arocena au pouls de Cuba

Publié lepar Ghislain Chantepie
Dayme Arocena | Pablo Dewin Reyes Maulin
Dayme Arocena | Pablo Dewin Reyes Maulin

La chanteuse afro-cubaine poursuit l’exploration de son île natale avec un troisième album annoncé pour la rentrée.

La longue quête de Dayme Arocena se poursuit. Celle d’une chanteuse partie à la source de ses racines musicales avec Cubaphonia, un second disque bouillonnant publié il y a deux ans sur le label Brownswood. Dédié à la grande île des Caraïbes, cet album se voulait alors déjà l’expression du patchwork musical qui inspire la musicienne, profondément enchevêtrée dans le temps et dans l’espace entre racines africaines et traditions du jazz.

Annoncé pour le début du mois de septembre, son petit frère s’affiche désormais comme une étape supplémentaire dans le rapprochement quasi-fusionnel entre la chanteuse et son île natale. Intitulé Sonocardiogram, ce nouveau disque a ainsi été enregistré dans la propre maison de la Daymé Arocena, elle et son groupe laissant volontairement les ambiances urbaines être captées lors des enregistrements.  

Prélude à ce nouveau long-format, trois titres se découvrent d’ores et déjà sous forme de suite regroupée dans un EP. Une trilogie où chaque morceau s’inspire d’une divinité de la Santería. Une forme d’écume sacrée nourrie d’un jazz primitif et chaleureux, où les tambours et les chœurs fusionnels subliment les premiers effluves musicaux de Cuba.