Menu
Écouter le direct

Claude Bolling s'est éteint, sa musique demeure dans nos coeurs

Publié lepar Catherine Carette
Claude Bolling - Photo de Jean Pimentel/Kipa/Sygma via Getty Images)
Claude Bolling - Photo de Jean Pimentel/Kipa/Sygma via Getty Images)

Le pianiste de jazz, compositeur, chef d'orchestre est mort à l'hôpital de Saint-Cloud.

Né à Cannes le 10 avril 1930, Claude Bolling est mort le 29 décembre à l'âge de 90 ans, souffrant de plusieurs pathologies, ont annoncé ses proches ce mercredi, à l'AFP. Considéré comme une référence dans le monde du jazz swing, ce disciple de Duke Ellington a créé son propre big band en 1956 sur une idée du responsable de presse et critique de jazz Franck Ténot, pour jouer la musique du maître. Suivront ensuite un tribut à Django Reinhardt, des musiques de la Nouvelle-Orleans ...ect... de quoi alimenter le répertoire de l'orchestre (repris en 2014 par Vincent Cordelette) pendant 60 ans. 

Claude Bolling a vécu à Paris, sauf pendant l'occupation où sa mère décida de s'installer à Nice. A 14 ans le petit génie jouait avec le vibraphoniste Lionel Hampton, à 16 ans il montait son premier orchestre et à 18 il enregistrait son premier disque. Habitué des lieux de jazz à la mode comme le Club Saint-Germain, le Vieux Colombier, le Caveau de la Huchette, il joue avec les musiciens américains de passage en France et participe aux séances de studio et aux concerts de Buck Clayton, Lionel Hampton, Roy Eldridge... C'est grâce au jazz que "Bollington", nommé ainsi par Boris Vian, fait la connaissance de l'écrivain, poète, parolier, chanteur pour lequel il écrit les arrangements de l'album Chansons Possibles et Impossibles :  

Sacha Distel, Juliette Greco, Henri Salvador feront appel à son talent d'orchestration ainsi que Brigitte Bardot pour qui il a arrangé la chanson culte de Rivière et Bourgeois, La Madrague. 

Il me laisse orpheline de nos plus joyeux souvenirs, de son immense talent, de sa rigueur au travail, et de sa rassurante présence - Brigitte Bardot à l'AFP

On lui doit aussi une centaine de musiques de films comme celles de Borsalino et Flic Story réalisé par Jacques Deray, Le Magnifique de Philippe de Broca, Lucky Luke de Goscinny et Morris, le générique des Brigades du Tigre de Jérôme Cornuau, ou encore Le Mur de l'Atlantique de Marcel Camus, l'avant-dernier rôle de Bourvil : 

Avec La suite pour flûte et piano jazz trio composée en 1976 à la demande du flûtiste Jean-Pierre Rampal, Claude Bolling devient le créateur de la "crossover music" qui mêle jazz et musique classique. 

Petit clin d’œil au Pop Club de France Inter présenté par José Artur avec Claude Villers, Patrice Blanc-Francard, Bernard Lenoir… inauguré le 4 octobre 1965, en direct du Bar Noir, voici son générique composé par Claude Bolling et interprétée par Les Parisiennes.