Menu
Écouter le direct

Cécile McLorin Salvant hantée par ses amours perdues sur "Ghost Song"

Publié lepar Guillaume Schnee
Cécile McLorin Salvant / Photo Shawn Michael Jone
Cécile McLorin Salvant / Photo Shawn Michael Jone

Trois ans après "The Window", la chanteuse et compositrice franco-américaine dévoile un premier titre magnifique de son nouvel album "Ghost Song".

Sa voix aux timbres multiples, son growl (le soufflé chanté), maîtrise vocale et stylistique ont fait de Cécile McLorin Salvant la révélation du jazz vocal de ce début de siècle. Son romantisme assumé illumine ses reprises du répertoire blues et jazz comme ses propres compositions naviguant avec inspiration entre les styles et les époques. Après son album en duo avec le pianiste Sullivan Fortner, The Window, la lauréate de la bourse « genius » MacArthur en 2020 vient de partager la chanson titre de son nouvel album Ghost Song, attendu le 4 mars sur le label Nonesuch.

Ghost Song propose une multiplicité de styles et des nouveaux territoires sonores pour Cécile McLorin Salvant qui signe sept compositions originales et cinq reprises sur les thèmes des fantômes, de la nostalgie et du désir. "Le disque ne ressemble à rien de ce que j'ai fait auparavant, cela se rapproche de ma personnalité en tant que conservateur éclectique. J'embrasse mon étrangeté !" déclare l'artiste dont l'album s'ouvre et se termine par une performance de sean-nós (style vocal traditionnel irlandais non accompagné) de Salvant, enregistrée dans une église

Sur la chanson titre poignante, elle est accompagnée par Sullivan Fortner au claviers, Marvin Sewell à la guitare, Keita Ogawa au percussions et par le Brooklyn Youth Chorus. Alternant les atmosphères sur chacun des titres qui semblent dialoguer, Cécile McLorin Salvant renouvelle des chansons traditionnelles ou des titres comme Wuthering Heights de Kate Bush, Optimistic Voices de Gregory Porter, The World Is Mean de Marc Blitzstein, Berthold Brecht et Kurt Weill ou Unitl de Sting.

"Les chansons se correspondent, elles sont comme des jumeaux fraternels, ou l’un est le jumeau maléfique de l’autre. Moi, en tant que vivant, je suis visité par le fantôme, puis je vais visiter le fantôme à mon tour. Je hante le fantôme et agace le fantôme, qui dit : « Sortez d'ici et allez vivre. » conclut Cécile McLorin Salvant.