Menu
Écouter le direct

Exclu : le quartet ASTA dévoile "Two Places"

Publié lepar Catherine Carette
Sylvain Beuf, Thomas Bramerie, André Ceccarelli  et Antonio Farao - Photo de Jean-Marc Gallet
Sylvain Beuf, Thomas Bramerie, André Ceccarelli et Antonio Farao - Photo de Jean-Marc Gallet

25 ans après leur 1ère union, le groupe de Ceccarelli, Faraò, Beuf et Bramerie renaît en totale osmose sur l'album "Passers of Time", dans les bacs le 18 octobre.

ASTA La belle équipe que voilà !  

ASTA c'est l’acronyme des prénoms du batteur, du pianiste Antonio Faraò, du saxophoniste Sylvain Beuf et du contrebassiste Thomas Bramerie. A l'incitation d'André Ceccarelli (Dédé pour la famille du jazz) le quartet se retrouvait en décembre 2018 au Studio de Meudon pour enregistrer le répertoire collectif de l'album Passers of Time. Les 11 compositions témoignent des bienfaits de l'expérience sur la complicité des 4 comparses. Le son du disque est remarquable. On a immédiatement la sensation de respirer dans un large espace où la plus grande liberté est donnée à chacun, en toute quiétude. Une musique limpide comme l'air "du temps", telle que le morceau Two Places composé par Antonio Faraò, à découvrir en avant-première :  

Depuis ses débuts avec Les Chats Sauvages à 16 ans André Ceccarelli a tout joué sur scène et en studio. Sa subtilité et sa pulsation légendaires sont gravées sur un nombre incalculable de disques d'Aznavour, Nougaro, Stan Getz, Tina Turner, Brad Mehldau, Michel Portal, Daniel Humair …) On l'a vu aussi avec Chick Corea, Dee Dee Bridgewater et tant d'autres. On se souvient du Trio Sud qu'il fondait en 2000 avec Sylvain Luc et Jean-Marc Jafet, de l'album Ultimo, point d'orgue de sa carrière de leader avec David Linx, Richard Bona, Amy Keyse, Sylvain Luc, Alex Ligertwood, Régis ceccarelli ... A son initiative, le quartet ASTA rassemble des musiciens expérimentés qui ont vu défiler sous leurs doigts des paysages musicaux de tous horizons.  

C’est vraiment un groupe, ce n’est plus le André Ceccarelli Quartet c’est ASTA. C’est un peu comme si on était mariés, qu’on divorce. Et pour finir on se dit « ma femme c’est ma femme, ce sera toujours ma femme », et on se remarie ! 

Le toulousain Thomas Bramerie est le contrebassiste de rêve (le plus demandé de la scène jazz hexagonale). Impossible de dire avec qui il n'a pas joué ! L'année dernière il signait Side stories , son 1er album en tant que leader avec Carl-Henri Morisset, Elie-Martin Charrière et des invités comme Jacky Terrasson, Eric Legnini et Stéphane Belmondo. Chacune de ses compositions est accompagnée d’un texte où il présente sa vision du jazz ... et du monde.

Sylvain Beuf, compositeur prolixe et compagnon de jeu de Solal, Urtreger, Humair, Texier, Galliano, Romano, de Bethmann, Moutin Réunion, Andy Emler, Bojan Z, Billy Hart, Pilc, Laurent de Wilde, Kyle Eastwood ... est un des ténors qui comptent. On note ses albums Electric Excentric (2012) et Plénitude (2015) avec le guitariste Manu Codjia, le bassiste Philippe Bussonnet et le batteur Julien Charlet ou encore son duo actuel avec le pianiste Alain Jean-Marie.

Pour le pianiste italien post-bop Antonio Faraò, encensé par Herbie Hancock, le jazz n'a pas de frontières. Il joue avec les stars de la planète jazz, Joe Lovano, Abercrombie, Billy Cobham, Marcus Miller, Randy Brecker, Didier Lockwood ... Notez son album Thorn (2000) avec Jack Dejohnette, Chris Potter et Drew Gress ou encore Evan (2013) avec Dejohnette, Ira Coleman et Joe Lovano et aussi son trio avec Daniel Humair et Stéphane Kerecki.

Un quartet puissant et chaleureux à découvrir en concert à Paris au Bal Blomet le 30 octobre 2019

ASTA - Photo de Jean-Marc Gallet
ASTA - Photo de Jean-Marc Gallet