Menu
Écouter le direct

"Bright Shadows", les ombres radieuses d'Anne Paceo

Publié lepar Melike Balci
Anne Paceo / Sylvain Gripoix
Anne Paceo / Sylvain Gripoix ©Radio France

La batteuse française sort de l'ombre un tout premier clip à découvrir en avant-première.

2019 est une belle année pour Anne Paceo. Avec la sortie de Bright Shadows fin janvier, cette musicienne hors pair dévoilait un nouvel album audacieux, tourné vers l'expression originelle de la voix et de la percussion. Un disque qui se découvrait d'ores et déjà en live lors d'un Live à FIP capté à la Friche de la Belle de Mai, quelques jours avant sa sortie. Accompagnées des voix viscérales d'Ann Shirley et Florent Mateo, Anne Paceo pose la sienne sur sa musique pour la première fois. Les musiciens Tony Paeleman, Pierre Perchaud et Christophe Panzani complètent la musique hybride de la batteuse aux couleurs jazz, soul et pop avec un apport électronique.

Et c'est donc avec ce projet personnel que la batteuse sort aujourd'hui son tout premier clip, la mise en images du titre éponyme Bright Shadows, un morceau qui traite de l'influence de l'intime sur "la perception du monde extérieur".

Une fois installée derrière ses batteries posées dans "La Gare" - une ancienne station de la Petite Ceinture parisienne -, Anne Paceo, ses chanteurs Ann Shirley et Florent Mateo et des danseurs jouent et dansent avec le soleil, en flirtant avec la lumière rasante de l'aube à la lueur du crépuscule. Ils parcourent les rails abandonnés où la nature a repris ses droits et traversent la périphérie de Paris, du bois de Vincennes à la butte Montmartre. Un voile transparent rend ce jeu d'ombre et de lumière subtile et harmonieux.

« Bright Shadows » dont j’ai co-écrit les paroles avec Marion Rampal a je crois été le morceau le plus difficile et le plus long à "accoucher" parce que c’est celui qui parle le plus de moi, de ma manière d’être au monde, de mes inquiétudes, de comment mes états intérieurs peuvent influer sur ma perception du monde extérieur. Je trouvais intéressant d’écrire un morceau en deux parties, avec une redite des paroles à la fin sur une instrumentation plus sombre, ce qui change complètement la perception que l’on peut avoir des paroles et de leur sens. Anne Paceo