Menu
Écouter le direct

Avec les frères Moutin, un plongeon dans la "Mythical River"

Publié lepar Catherine Carette
Louis et François Moutin - Photo d'Axelle du Rouret
Louis et François Moutin - Photo d'Axelle du Rouret ©Autre

Un nouvel album sensible et inspiré du Moutin Factory Quintet, témoin d'une tournée forte en émotions à travers la vallée du puissant Mississippi.

Après leur célèbre Moutin Reunion Quartet, les bouillonnants frères Louis et François Moutin poursuivent leur aventure gémellaire au sein du Moutin Factory Quintet avec lequel ils écument les scènes d'Europe, des Etats-Unis, du Royaume-Uni … La session rythmique la plus sensuelle du jazz y développe une créativité et une énergie époustouflante, entourée de solistes parmi les plus excitants de la scène jazz actuelle. Il semble que le groupe tienne avec leur nouvel album l'un de ses meilleurs opus.

L'inspiration de ce Mythical River, c'est une tournée de concerts en 2018 sur les rives du "père des eaux" comme le nomment les Amérindiens. Du blues au jazz New-Orleans en passant par les musiques zideco et cajun ou encore le rock, la soul, le folk, le blue grass, le rap … les eaux du Mississipi ont charrié toutes ces musiques universelles nées des souffrances, des espoirs et des joies liés à l’invention d’un nouveau monde. Que d'histoires à vivre et à partager sur les rives de ce "old man river" ! L'aventure du Moutin Factory Quintet a été captée par le réalisateur Bruce Bankel sur le film *Mississipi Dreaming : the road trip * (sortie le 27 mai prochain) qui part sur les traces du patrimoine français entourant la voie navigable. Tout juste rentré à Paris, le quintet enrichi du jeu de l'élégant pianiste Paul Lay, est entré en studio encore imprégné de ces fortes vibrations, comme en témoigne le titre *Take it easy * dévoilé en avant-première :

"* On est allé à Chicago, Memphis, Bâton-Rouge, New-Orleans …* *on a donné une master dans une école, on s'est retrouvé à faire le boeuf avec des bluesmen, on a joué dans les communautés black de Saint Louis … c'était fort quoi, je ne sais même pas comment le décrire avec des mots ! * " confie Louis Moutin.

A l'osmose parfaite de la session rythmique infernale des deux frères, s'ajoute le jeu divinement virtuose, mélodique et touchant du saxophoniste Christophe Monniot, "un poète"  dixit le batteur. Il est un peu dans la lune. Il a une image de rebelle, très à l'aise dans le jazz avant-gardiste mais il a aussi toute l'histoire du jazz dans les doigts. Son jeu foisonne d'inventions tout en étant totalement enraciné ". Quant à l'achimiste Manu Codjia, "*c'est la sensualité faite guitariste ! * poursuit le meneur du groupe*. C'est le gars que j'ai le plus de mal à remplacer. Sa souplesse dans le phrasé et ce truc très bluezy au fond de lui ! Il a un son particulier qui nous enveloppe * ". Et dorénavant il faut compter avec le jeu coloré du pianiste Paul Lay, un musicien "*très très créatif * " dixit Louis Moutin. "Il a vraiment une patte. Tout en étant au service de notre musique, il place des trucs surprenants ".

Les onze plages de *Mythical River * enregistrées au Studio Sextan évoquent la fraternité et le respect de l'autre. Trois des morceaux ont un caractère singulier : il s'agit d'une commande du réalisateur new-yorkais Richard Ledes pour son documentaire No human is illegal  tourné en 2016 sur l'île grecque de Lesbos accueillant des demandeurs d'asile, juste après que l'Europe prenne la décision de renvoyer les nouveaux arrivants sans-papiers.

Les titres No Human is illegal, *Fight and anger * et *Tears and despair * sont des adaptations pour le quintet de ce qui a été composé pour le film. Evoluant sur un cycle de 8 mesures de 3 temps, *No human is illegal * évoque le lien entre les mondes. "La ligne de contrebasse alterne entre un motif fixe de 2 mesures type "occident" et une réponse "orientale" (avec François qui utilise des quarts de tons) de deux mesures plus improvisées. L'atmosphère est pensée "lourde" et statique, à l'image de ce qui est raconté dans le film. La guitare colore à l'occidentale tandis que le sax évoque l'Orient par les modes qu'il joue " explique le batteur.

Revenant d'une récente tournée aux USA, le Moutin Factory a pu tester sur scène les compositions du nouvel album et se faire une idée de leur potentiel créatif et émotionnel auprès du public. Chacun des musiciens affirment avoir senti que c'était le répertoire le plus inspirant du groupe. A vous d'en juger.

Concerts de sortie en France :

Le 29 mai au Festival Jazz Sous les Pommiers à Coutances
Les 6, 7 et 8 juin au Jazz Club de Dunkerque
Le 15 juin à Paris au Studio 104 de Radio France