Menu
Écouter le direct

Avec "All Rise" Gregory Porter appelle à se mettre debout

Publié lepar Catherine Carette
Gregory Porter @amisioux
Gregory Porter @amisioux

L'aisance vocale fascinante et la classe du charmeur distingué nous enveloppent dans cet opus à fleur de peau, attendu le 28 août.

Un nouvel album de Gregory Porter est toujours une douceur réconfortante à se mettre entre les oreilles car celui pour qui la musique est une médecine, n’a qu’une intention, nous mettre du baume au cœur. Après Nat King Cole & Me en 2017, son songbook dédié à "son père de substitution" les compositions originales jazz et soul, blues et gospel de All Rise sont tout à la fois des caresses et des cris d’amour, un appel à la renaissance. Avec le titre Concorde, le chanteur, fils d'ouvrier, repéré par Wynton Marsalis et signé par le prestigieux label Blue Note, reste émerveillé par son immense succès mais n’oublie pas qu'il aime être chez lui à Bakersfield avec sa compagne et son fils.  

« Ma voix m'a bercé quand j'étais enfant, et je pense que c'est la même chose pour les autres qui m'entendent chanter. J'essaie de me guérir avec ces chansons. »

L'album réalisé par Troy Miller (Laura Mvula, Jamie Cullum, Emili Sandé) enrichi d'un chœur de 10 voix et d'une session de cuivres hors-pair, a été confectionné aux Studios Capitol de Los Angeles et au Studio Saint-Germain à Paris, alors que les cordes de l'Orchestre Symphonique de Londres ont été captées aux studios Abbey Road. Pour la petite histoire, Gregory Porter avait l'idée de se faire « un petit café-croissant » dans un bistrot du quartier de Saint Germain des Prés avant sa séance d'enregistrements mais la vie confinée en a décidé autrement. 

« All Rise est la phrase que nous entendons quand le Président ou un juge entre dans la pièce, et tout le monde se lève. Mais dans la pensée, moi j'entends "on s'élève tous", ce n'est pas juste une personne. Nous sommes tous exaltés et soulevés par l'amour. C'est ma pensée politique et c'est aussi ma vérité réelle. Elle vient de ma personnalité, celle de ma mère, de la personnalité du blues, du caractère du peuple noir. C'est cette idée de faire pour le mieux avec des restes, l'idée de la résurrection, de l'ascension, et, quelle que soit la situation actuelle, l'idée que notre condition peut s'améliorer par l'amour. »

On aime particulièrement le titre Revival et son très beau clip éclairé par la prestation pleine de grâce du magnifique danseur afro-américain Jemoni Powe qui contraste avec les images montrant la répression policière. 

Il est temps de se réveiller. Les injustices, la cruauté et les errances politiques qui l'affecte au plus haut point, Gregory Porter a choisi de les combattre en prenant de la hauteur. Mettant sa colère en veilleuse, il fait surgir la chaleur de l'amour dans toute sa complexité dans If Love Is Overrated, même s'il éprouve toujours le manque de celui d'un père absent qu'il évoque dans Dad Gone Thing. Le titre Thank You est dédié à toutes les personnes qui l'ont guidé, et en premier sa mère, ministre du culte d'un quartier pauvre de Bakersfield, qui élevant seule ses huit enfants, a su ouvrir son cœur.