Menu
Écouter le direct

Melanie Charles célèbre les grandes chanteuses jazz noires américaines

Publié lepar Guillaume Schnee
Melanie Charles - "Y’all Don’t (Really) Care About Black Women"
Melanie Charles - "Y’all Don’t (Really) Care About Black Women"

La chanteuse et flûtiste de Brooklyn revisite avec modernité les grands airs militants de Billie Holiday, Sarah Vaughan, Marlena Shaw, Ella Fitzgerald ou Dinah Washington sur l'album "Y'all Don't (Really) Care About Black Women".

Auteure, compositrice, interprète, actrice et flûtiste new-yorkaise, Melanie Charles fait partie de cette génération d'artistes qui continuent de faire avancer le jazz et lui redonnent son statut populaire avec des sonorités et des orchestrations trouvant leur richesse dans la soul contemporaine, les beats hip hop, la musique expérimentale et ses racines haïtiennes. Lorsque le label Verve lui propose de revisiter des grands titres de son catalogue, elle pense à toutes ces grandes voix jazz qui ont bercé son enfance mais la mort de la jeune ambulancière Breonna Taylor, tuée par la police, va guider son choix : "Cela m'a brutalement rappelé que les femmes noires sont et ont toujours été sous-estimées, négligées, non protégées. J'ai décidé de me concentrer sur des chansons écrites et/ou chantées par les femmes noires qui m'ont ouvert la voie."

Celle qui a étudié à la School of Jazz and Contemporary Music de la New School for college et qui a conquis Wynton Marsalis, Gorillaz ou The Roots insuffle une nouvelle énergie aux dix titres qu'elle a choisis, échantillonnant judicieusement la voix de ses aînées comme sur la chanson Detour Ahead popularisée par Sarah Vaughan à la fin des années 50. "Detour Ahead est l'un des morceaux qui m'a toujours aidé à traverser des moments d'incertitude et de déception", explique Melanie Charles qui chante l'amour perdu avec la voix de Dinah Washington sur Perdido, métamorphose le swing d'Ella Fitzgerald en conte hip-pop sur Beginning to See the Light ou offre une version époustouflante de God Bless the Child de Billie Holiday. 

Avec ses volutes de synthé et les textures mélodiques de la harpe de Brandee Younger, l'artiste redonne vie à l'intensité émotionnelle de Woman Of The Ghetto, hymne soul sur la condition des femmes noires écrit et enregistré en 1969 par Marlena Shaw pour son album The Spice Of Life. "Le rythme de la chanson originale est si contagieux que je voulais l'honorer en incorporant la texture mélodique de la harpe pour illustrer notre résilience au milieu de la lutte. J'ai également cherché à mettre à jour le son avec des synthés et à découper les moments les plus mémorables de la chanson avec mon SP."

Trackilisting de "Y'all Don't (Really) Care About Black Women" :
1 God Bless The Child (Billie Holiday/Arthur Herzog Jr.)
2 Perdido (Reimagined) DINAH WASHINGTON (Hans Lengsfelder/Ervin M. Drake/Juan Tizol)
3 Detour Ahead (Reimagined) SARAH VAUGHAN (Lou Carter/Herb Ellis/John Freigo)
4 All Africa (The Beat) (Max Roach & Oscar Brown)
5 The Music Is The Magic (Abbey Lincoln)
6 Pay Black Women Interlude (Melanie Charles)
7 Woman Of The Ghetto (Reimagined) MARLENA SHAW (Richard Evans/Robert Miller/ Marlena Shaw)
8 Jazz (Ain’t Nothing But Soul) (Reimagined) BETTY CARTER (Norman Mapp/Jesper Nordenström/Anders Christensen/Kresten Osgood)
9 Go Away Little Boy (Carole King/ Gerry Goffin)
10 What A Difference (Reimagined) DINAH WASHINGTON (Maria Grever/Stanley Adams)
11 Beginning To See The Light (Reimagined) ELLA FITZGERALD (Duke Ellington/Johnny Hodges/ Don George/Harry James)

Melanie Charles - album "Y’all Don’t (Really) Care About Black Women"
Melanie Charles - album "Y’all Don’t (Really) Care About Black Women"