Menu
Écouter le direct

"Hopeful", le manifeste soul lumineux de Curtis Harding

Publié lepar Guillaume Schnee
Curtis Harding / Photo Matt Correia
Curtis Harding / Photo Matt Correia

Quatre ans après son chef-d'œuvre "Face Your Fear", le soulman d'Atlanta dévoile un titre gospel et soul puissant illustré par une vidéo de Lynsey Weatherspoon.

Depuis la sortie de son deuxième album Face Your Fear, Curtis Harding s'est fait discret, lâchant en 2018 quelques singles comme Where We Ar_e et _It’s Not Ove_r. Trois ans de silence que le songwriter originaire du Michigan a décidé de rompre avec le titre Hopeful_, paru via le label via ANTI-. Une ode soul injectée d'optimisme en soutien au mouvement Black Lives Matter accompagnée d'un clip en noir et blanc magnifique réalisé avec Lynsey Weatherspoon. Les images puissantes de la photojournaliste afro-américaine filmées dans le West End d'Atlanta illustrent cette lutte contre les ténèbres que Curtis Harding chante de sa voix brûlante sur fond d'orchestrations soul old school, de chœurs gospel et de riffs électriques de guitares blues.

« J'ai écrit Hopeful il y a quelque temps, mais en théorie, cela va bien au-delà du temps et du lieu. J’essaie toujours d’amener l’espoir quel que soit l’endroit où je me trouve. L'obscurité nous trouve tous, l'espoir nous donne le courage de rechercher la lumière » déclare Curtis Harding.

Pour Curtis Harding, la soul est, comme le blues, "ni un feeling, ni un son, ni un mouvement, c'est une connexion" qu'il a retrouvée aussi bien dans la scène punk d’Atlanta, des concerts de rap ou dans certains disques de Bob Dylan ou des Black Lips. Avec sa voix puissante et limpide, il faisait la synthèse de cette vision large de la soul écrite au gré de ses émotions sur Soul Power, un premier album détonant à la production très rock aussi épurée qu'efficace. Trois ans après, le songwriter élevé au gospel revenait avec Face Your Fear, onze titres où la voix d'ange du chanteur électrise une soul digne de l'âge d'or du genre avec les productions léchées du fidèle Sam Cohen et du génial Danger Mouse.