Menu
Écouter le direct

Mort de Bonnie Pointer, cofondatrice des Pointer Sisters

Publié lepar Ghislain Chantepie
Bonnie Pointer en 1970 (Echoes/Redferns)
Bonnie Pointer en 1970 (Echoes/Redferns) ©Getty

La chanteuse californienne est décédée ce lundi à Los Angeles à l’âge de 69 ans.

C’est par un bref communiqué publié sur le site internet de son ancien groupe que cette triste nouvelle est tombée : Bonnie Pointer, chanteuse et cofondatrice des Pointer Sisters, est décédée ce lundi 08 juin à l’âge de 69 ans. Les causes de sa disparition n’ont pas été précisées.

Née en 1950 à Oakland en Californie, Patricia Eva Pointer de son vrai nom était l’une des quatre membres de la fratrie Pointer à avoir chanté au sein de la formation du même nom. Avec sa sœur June, disparue en 2006, elle fut à l’origine de la création du groupe dès 1969 avant que leurs sœurs Anita et Ruth ne les rejoignent sur scène et en studio au début des années 70. Ensemble, elles connurent rapidement le succès avec une formule initiale à front renversé des tendances de l’époque, un mélange rétro de jazz et de rhythm and blues incarné notamment par leur reprise du Wang Dang Doodle de Willie Dixon dévoilée avec leur premier album en 1973 :

Sur ce disque signé sur le label Blue Thumb, d’autres succès permirent aux Pointer Sisters de percer et se faire connaitre sur scène. Au milieu de plusieurs reprises de standards des années 40, un titre plus funk émerge ainsi de l’album avec Yes We Can Can, une chanson initialement écrite par Allen Toussaint pour le chanteur Lee Dorsey et qui trouva un second souffle avec l’énergie magnétique des quatre sœurs Pointer :

C’est l’année suivante, en 1974, que le groupe toujours mené par Anita et Bonnie connut son plus grand succès de cette période avec la sortie de leur second album That’s A Plenty. Dans la lignée rétro de son prédécesseur, ce disque se hissa en haut des charts grâce à son simple Fairy Tale, un ovni country coécrit par Bonnie et qui assura une immense popularité aux Pointer Sisters jusqu’à décrocher un Grammy Award en 1974.

Bonnie Pointer quitta le groupe qu'elle avait fondé en 1977, en même temps que sa sœur June, laissant les Pointer Sisters se réinventer en trio. Elle tenta de son côté l’aventure en solo chez Motown, où elle signa un premier album sobrement baptisé Bonnie Pointer et naviguant entre soul et disco. Un disque d'où émergea notamment sa reprise brûlante du Heaven Must Have Sent You des Elgins :

Dans les années 80, la carrière solo de Bonnie s’essouffle alors que ses sœurs triomphent au sein du groupe originel. L’apogée de cette formation qui a su, en l'absence de ses fondatrices, se réinventer au tournant des années 80 en prenant le virage de la disco et des synthés intervint en 1983 avec la sortie de Break Out, un dixième album marqué par les tubes Automatic, Jump (For My Love), Neutron Dance, ou encore la nouvelle version du hit générationnel qui a gravé sa légende jusqu'à aujourd'hui I'm So Excited :