Menu
Écouter le direct

Martha High trompe la peur sur "A Little Spark"

Publié lepar Guillaume Schnee
Martha High / photo Stefano Caporilli
Martha High / photo Stefano Caporilli

La diva soul à la voix de diamant revient avec l'album "Nothing’s Going Wrong", un pur bijou de deep soul militante mêlée aux BO italiennes des 60s.

Choriste principale, confidente et amie de James Brown pendant près de 35 ans, Martha High est longtemps restée dans l'ombre des divas funk du Godfather of Soul; Marva Whitney, Vicki Anderson ou Lyn Collin. En 2016, la chanteuse rejoint l’ambassadeur de la soul en Italie, Luca Sapio pour graver les onze titres du superbe album Singing For The Good Times. Trois ans après l'artiste à la tessiture puissante retrouve le groupe The Italian Royal Family sur les dix titres de Nothing’s Going Wrong, attendu le 17 janvier via Blind Faith Record. Un nouveau sommet de cette soul engagée qui vous touche l'âme à l'image de ce premier single A Little Spark sur lequel la chanteuse nous invite à la fraternité dans le climat anxiogène actuel.

L'album mêle blues funky et roots avec des arrangements de cuivres luxuriants qui évoquent l'âge d'or des musiques de films italiennes (inspirées par Piero Piccioni, Ennio Morricone et Luis Bacalov). Dans la plus pure tradition de cette conscious soul dont elle a longtemps été une actrice de l'ombre, Martha High évoque avec dignité les droits civiques, l'égalité des cultures minoritaires et le sort des immigrés dans l'Amérique de Trump.

Martha High / photo Stefano Caporilli
Martha High / photo Stefano Caporilli

Née à Victoria, en Virginie, Martha Harvin a débuté dans les églises avant d'être remarquée par Bo Diddley et de rejoindre le groupe The Four Jewels qui devient The Jewels. Au milieu des années 60 The Jewels rejoint la revue de James Brown. Lorsqu'elle rejoint ce dernier, Martha Harvin prend le nom de scène Martha High qu'elle a conservé. L'aventure auprès du maître dure près de 35 ans, Martha High a gravé quelques-uns des plus beaux tubes du Godfather of Soul : Payback, Bodyheat, Doin' it to Death ou Summertime. Elle était à ses côtés avec les JB’s au Boston Garden en 1968, au moment de l’assassinat de Martin Luther King ; au Vietnam pour chanter devant les troupes américaines ; au Zaïre pour assister au "Rumble in the Jungle" entre Ali et Foreman.