Menu
Écouter le direct

Leon Bridges affronte le racisme sur "Sweeter"

Publié lepar Guillaume Schnee
Leon Bridges à Londres en 2018 / Samir Hussein/WireImage via Getty
Leon Bridges à Londres en 2018 / Samir Hussein/WireImage via Getty ©Getty

Le soulman texan s'associe au producteur jazz hop Terrace Martin et livre une protest-song poignante en forme de ballade méditative sur le racisme.

Après avoir sorti un Ep avec ses compatriotes texans Khruangbin en début d'année, le prodige de la Southern Soul Leon Bridges illuminait notre confinement avec Inside Friend une chanson réconfortante gravée avec le crooner John Mayer. Mais le temps n'est plus à la douceur, la mort de George Floyd a enflammé le pays, manifestant pour la fin d'un racisme systémique et ses violences policières. Le titre Sweeter est une ballade soul méditative contre ce racisme institutionnel enregistrée avec le producteur Terrace Martin, déjà auteur il y a une semaine du brûlot hip hop Pig Feet gravé avec Denzel Curry, Kamasi Washington, G Perico et Daylyt.

Leon Bridges a annoncé que Sweeter devait figurer dans son prochain album, mais la situation a conduit le duo à sortir le single avant la date prévue. «Je ne peux plus et je ne me tairai plus» a déclaré Bridges, qui livre ici une réflexion sur le fait de vivre sous l'oppression cyclique et les préjugés de l'État. L'artiste fait référence ici à Martin Luther King et chante sur une rythmique lancinante "J'espérais une vie plus douce. Au lieu de cela, je ne fais que revivre une histoire qui se répète. Pourquoi ai-je peur avec une peau sombre comme la nuit? Je ne peux pas ressentir la paix avec ces yeux qui jugent."

Ayant grandi au Texas, j'ai personnellement vécu le racisme. Dès l'adolescence, on nous apprend à nous comporter lorsque nous rencontrons des policiers pour éviter les conséquences d'un profilage racial. Je suis engourdi depuis trop longtemps, insensible quand il s'agit des questions de brutalité policière. A la mort de George Floyd c'était la première fois que je pleurais pour un homme que je n'avais jamais rencontré. Je ne peux plus et je ne me tairai plus. (Leon Bridges)