Menu
Écouter le direct

Rocé face à l’Histoire dans "Tenir Debout"

Publié lepar Ghislain Chantepie
Rocé (photo : Ousmane Diaby)
Rocé (photo : Ousmane Diaby)

Le rappeur-philosophe est de retour avec un nouveau clip qui pointe les plaies toujours vives des batailles mémorielles.

Les années passent mais son flow reste droit. Rappeur perspicace et militant, Rocé poursuit une œuvre rare depuis la sortie en 2006 de son magnifique Identité en Crescendo, un disque aux instincts jazz qui invitait au passage le maitre Archie Shepp au saxophone de quelques titres. Consacré quatre ans plus tard par L’Être Humain et le Réverbère, le chanteur français se distingue depuis par la constance de ses réflexions lettrées au sein d’un « strictly rap » qui prend souvent la forme d’une méditation transgressive.

Nourri par le doute mais bannissant la désillusion, Rocé scrute l’Histoire depuis longtemps pour y trouver des réponses aux maux qui agitent le présent. Avec Par les damné.e.s de la terre publié il y a deux ans, il réunissait encore sur cette compilation-fleuve des voix engagées issues des anciennes colonies, des diasporas ou de la France ouvrière dans un album mêlant les identités et les fraternités. Aujourd’hui, et alors que les plaies du passé ressurgissent avec fracas aux États-Unis comme ailleurs, le rappeur reprend lui-même le micro dans un nouveau clip intitulé Tenir Debout.

Dans ce texte engagé qui fait écho à l’actualité, Rocé chante ces « peuples sans mémoire » qui deviennent inéluctablement « des peuples de fous », pointant l’histoire perdue de ces Africains, immigrés, et ouvriers luttant fraternellement contre « la face de l’impérialisme ». « Nous on se tire dessus mais on était frères hier », regrette sur ce nouveau titre le fils du célèbre résistant Adolfo Kaminsky. Un morceau qui dresse au passage un tableau d’honneur aux figures et aux révolutionnaires ayant combattu, avec la plume ou l’épée, au nom de toutes les formes d’émancipation.