Menu
Écouter le direct

Richard Russell relance son épatante série "Everything Is Recorded"

Publié lepar Ghislain Chantepie
Ghostface Killah, invité de luxe du second volet d'"Everything Is Recorded" (Roberto Ricciuti/Redferns)
Ghostface Killah, invité de luxe du second volet d'"Everything Is Recorded" (Roberto Ricciuti/Redferns)

Le rappeur Ghostface Killah et son fils Infinite Coles prennent le micro sur un nouveau titre collaboratif du producteur anglais.

C’était sûrement l’un des disques les plus vivifiants de l’année 2017. Avec son nom de baptême en forme de mantra, le dernier album piloté par Richard Russell Everything Is Recorded consacrait avec brio l’insatiable découvreur qu’est depuis trois décennies le patron du label XL, un homme qui croit à l’expérimentation et au hasard comme principes puissants pour faire progresser la musique dans le bon sens. Pour donner corps à cette envie, le producteur avait ainsi transformé son studio d’enregistrement situé dans l’ouest de Londres en véritable résidence créative, accueillant et brassant le temps d’un titre ou d’un jam la myriade d’artistes qui l’entourent parmi lesquels Sampha, les jumelles Ibeyi ou encore le saxophoniste Kamasi Washington.

Trois ans plus tard, Russell semble encore et toujours convaincu de sa méthode mêlant improvisation et collaboration au point d’annoncer pour le mois d’avril une suite à son projet baptisée Friday Forever. Et pour relancer cette épatante série, le producteur a mis en ligne il y a quelques jours 3 :15AM / Caviar un extrait de ce nouveau disque conceptuel qui devrait prendre la forme d’une horloge narrant à des heures précises l'expérience d'un vendredi soir jouant les prolongations jusqu’au samedi midi. 

Retenu pour éclairer le milieu de cette nuit agitée, c’est le taulier du Wu-Tang Clan Ghostface Killah qui prend le micro sur ce 3 :15 AM / Caviar mais pas seulement, puisqu’il est ici accompagné de son propre fils Infinite Coles, 24 ans au compteur et qui entend bien ne pas rester longtemps dans l’ombre fameuse de son paternel. Réunis dans une virée hululante, ils rappent ensemble cette heure du loup empreinte d’arrangements visqueux et d’ambiances interlopes et où brillent dans leur flow à peu près tout le spectre des démons nocturnes.