Menu
Écouter le direct

« How Far? », l’hommage ténébreux de Gorillaz à Tony Allen

Publié lepar Ghislain Chantepie
Murdoc, Noodle, Russel et 2D rendent hommage au maître afrobeat | Gorillaz
Murdoc, Noodle, Russel et 2D rendent hommage au maître afrobeat | Gorillaz

Damon Albarn et Jamie Hewlett ont mis en ligne leur dernier titre enregistré avec le légendaire batteur et le rappeur Skepta.

Tony Allen et Damon Albarn n’étaient pas de simples compagnons de studio. Les deux hommes étaient devenus, au fil de leurs travaux communs, de véritables amis toujours heureux de partager une scène ou un morceau. Depuis les tout débuts de l’aventure Africa Express en 2009 jusqu’au dernier album du légendaire batteur paru l’an dernier sans oublier les super groupes Rocket Juice & The Moon et The Good The Bad and The Queen, les deux hommes ont croisé leur musique pendant plus d’une décennie et donné naissance à quelques morceaux de bravoure parmi lesquels le fameux Go Back publié en 2014 sur l’album Film of Life.

Alors, à l’annonce de la disparition de Tony Allen vendredi dernier, l’Anglais a choisi de dévoiler sans tarder son ultime collaboration avec le pionnier de l’afrobeat. Un nouveau titre de Gorillaz issu de la série collaborative Song Machine qui fait désormais office de fil rouge pour le groupe virtuel de Damon Albarn et Jamie Hewlett, lassés depuis longtemps du format album et qui souhaitent « briser un moule qui a vieilli » selon leur membre virtuel Russel Hobbs. 

Composé et enregistré à Londres peu de temps avant le confinement, How Far? invite ainsi aux baguettes le batteur légendaire ainsi que le pionnier du grime Skepta au micro. Un titre ténébreux, aux rimes puissantes et pleines de références, à l’image de cet hommage de Skepta à l’album Zombie de Fela Kuti & The Afrika 70 publié en 1976. Pas de clip cette fois-ci pour Gorillaz, mais un joli visuel où Murdoc, Noodle, Russel et 2D, de dos, célèbrent une dernière fois le maître rythmicien. 

Je veux m'occuper des jeunes, ils ont des messages à faire passer et je veux les emmener sur mon rythme - Tony Allen