Menu
Écouter le direct

Face au présent, Black Thought en pleine conscience

Publié lepar Ghislain Chantepie
Black Thought en août 2016 à New York (Noam Galai/WireImage)
Black Thought en août 2016 à New York (Noam Galai/WireImage) ©Getty

Le MC de The Roots offre un troisième volet captivant à son projet solo “Streams of Thought”, à découvrir en écoute intégrale.

La longue quête de Black Thought se poursuit. Presque 20 ans après l’avoir envisagé, le MC de The Roots mettait finalement la dernière main en 2018 à son projet musical en solo, le premier signé en son nom propre en dehors de son groupe légendaire. À cette époque, le rappeur de Philadelphie n’était sûrement pas prêt encore à se détacher formellement du génial orchestre hip-hop qu’il mène depuis la fin des années 80 avec son complice Questlove. Et même si The Roots a toujours dit préparer activement la sortie d’un nouvel album, Tariq Trotter franchissait alors un pas décisif avec la sortie d’une série d’EP intitulés Streams of Thought.

Du haut de la dizaine d’albums qu’il a signés avec son groupe, Black Thought n’a plus grand-chose à prouver aujourd’hui dans le monde du hip-hop. À l’aune de la cinquantaine, l’Américain reste avant tout un excellent rappeur autant qu’un vrai parolier, ce qu’il s’applique à démontrer dans ce troisième épisode de Streams Of Thought. Un long-format ancré profondément dans ce présent qui brûle l’Amérique, bien qu’il s’appuie en partie sur des sessions d’enregistrement plus anciennes. Un disque, aussi, qui se dévoile quelques mois à peine après la disparition de Malik B., comparse inoubliable de Trotter dans les premières années de The Roots.

Dans un pays au seuil d'un scrutin crucial et ravagé par une pandémie qui ne faiblit pas, qu’est-ce qui nourrit donc aujourd’hui le « flux de pensée » de Black Thought ? Un étrange miroir de l’âme d’abord, que ce soit au travers de son grand écart entre introspection et mégalomanie (State Prisonner) ou au fil de sa farouche rédemption narrée sur Magnificient. La dualité traverse ainsi régulièrement ce nouveau volet baptisé Cane & Abel et où le prêche n’est pas absent, à l’instar de ce Good Morning où le MC forme un quatuor fameux avec ses invités Pusha T, Swizz Beatz et Killer Mike (rien que ça).

Car comme sur les précédents épisodes, Black Thought a choisi de s’entourer solidement pour ce troisième épisode en solo, jusqu’à solliciter les guitares et les voix de ses compatriotes Portugal. The Man. Le groupe alternatif américain contribue ainsi à quelques-uns des plus beaux morceaux de son nouveau disque, illuminant la ligne de basse du puissant Quiet Trip ou plongeant le rappeur dans la contemplation fragile d’un Nature Of The Beast. Plus loin et en guise de final, c’est encore avec eux que Black Thought conclut magistralement sur Fuel, un futur classique flamboyant où le rappeur retrouve les sommets du rythme et de la poésie.