Menu
Écouter le direct

Exclu : « Zoodo », le nouvel album d’Art Melody

Publié lepar Ghislain Chantepie
Mamadou Konkobo alias Art Melody | Tentacule Records
Mamadou Konkobo alias Art Melody | Tentacule Records

Le rappeur burkinabè dévoile un sixième album rugissant avant sa venue le mois prochain aux Trans Musicales de Rennes.

Il est celui qui a placé le Burkina Faso sur la carte de la planète rap. Et avec déjà cinq albums au compteur, Mamadou Konkobo aka Art Melody peut désormais se targuer d’être un vétéran du hip hop ouest-africain. Révélé en France au début de la décennie avec son deuxième disque Zound Zandé, le MC burkinabé nouait alors une relation de studio capitale avec le beatmaker bordelais Redrum à qui il présenta plus tard son compatriote Joey le Soldat.

Tout comme son talentueux cadet, Art Melody est le tenant d’un rap opiniâtre, forgé dans le son du hip hop golden-age autant que dans des arrangements afro-futuristes. Surtout, il use de son flow lourd et quasi monotone pour chanter son histoire et celles des autres vécues dans les bas-fonds de ce « Pays des hommes intègres », le Burkina Faso, où il est né voilà 40 ans. Une exigence d’authenticité implacable qui nourrit désormais Zoodo (amitié en mooré), un sixième album rugissant à découvrir aujourd’hui en avant-première. 

Déjà, Hip Hop Tasobe Soodse mis en ligne il y a quelques semaines en guise de prélude confirmait le solide micro du rappeur-agriculteur. Dans cette charge vocale sans concession où les basses finissent par devenir hypnotiques, Art Melody s’y fait gardien du temple et s’entoure de la Guinéenne Anny Kassy qui lui offre une réplique impressionnante. Cette puissance fulminante, on la retrouve d’ailleurs dès l’ouverture de ce nouvel album avec Burkinda et ses instrus grandiloquentes, ou plus loin encore avec Lik N’Guess et son flow cognant. 

Tout n’est pas sombre pourtant dans ce Zoodo où le groove surgit parfois, comme sur le titre Sugra et ses cuivres chaleureux qui lorgnent même jusqu’au funk. Zoe Wogdog est d’ailleurs un épatant mélange des genres qui s’ouvre sur la voix off d’un reportage d’un autre siècle avant qu’un sample soul n’amène le rappeur à surfer bientôt, en français comme en mooré, sur des allures de western ouest-africain. 

« Le pays nous attend » rappelle enfin Art Melody dans le clip très vivant de Generation Mouta Mouta. Sur la terre de l’ancienne Haute-Volta, il professe ainsi que « chacun a sa place » et celle qu’il s’assigne est de tenir son micro autant que sa daba, cette sorte d’herminette africaine qui lui permet de cultiver ses champs dans la grande tradition du peuple Mossi. C’est beau, et c’est à voir en live, assurément.

En concert : le 5 décembre aux Trans Musicales de Rennes, le 7 décembre à l'Espace Django (Strasbourg).