Menu
Écouter le direct

"Burning", nouveau clip incendiaire de Da Break

Publié lepar Catherine Carette
Da Break - Let it shine - Photo de Jeff Pachoud
Da Break - Let it shine - Photo de Jeff Pachoud

Une nouvelle ondulation soul du quintet lyonnais extraite de son prochain EP.

Après un premier album éponyme remarqué en 2018 et une tournée des plus convaincantes, le groupe de funk-hip hop Da Break, amoureux du son glorieux des années 90, fait évoluer sa formation. L'originel trio habitué à travailler de concert (Mr President, Voilaaa, Mr Day...), composé de la chanteuse, auteure et compositrice Jennifer "Hawa" Zonou, du producteur et bassiste Bruno "Patchworks" Hovart et du batteur Rémy Kaprielan, devient quintet avec Pierre Vadon aux claviers et Nicolas Mondon à la guitare (acolytes de Hawa depuis plusieurs années).  

Pour son nouvel EP, Burning, qui sort en novembre, Da Break joue toujours la soul attitude, mais fait éclater les bornes, comme en témoigne le surprenant et vindicatif clip du titre du même nom :   

"J'étais la première surprise" confie la chanteuse qui se rappelle avoir lancé à ses compagnons de jeu : "Vous êtes sûrs que vous voulez me mettre dans ce genre de situation, parce-que je n'ai vraiment pas le physique pour gérer ça ! " Après quelques tests compliqués, l'équipement adéquat est arrivé, avec le bon harnais.    

Je suis contente de cette expérience, car on n'avait rien et on fait un truc qui a du caractère, qui a du chien.

Pour ce clip réalisé par Loïc Mabily, "l'idée était de trouver ce qu'il y a d'exceptionnel dans le quotidien. Exploiter quelque-chose tout près de chez nous pour en faire un truc exotique", précise Bruno Patchwork. Il faut savoir que le quartier lyonnais de la Croix-Rousse, berceau de la révolte des Canuts, a également vu naître la première marche française des zombies en 2008. Depuis, les morts-vivants grondants et dégoulinants, défilent dans les rues des pentes, deux fois par an. 

La musique du titre Burning se veut minimale et oppressante avec des répétitions. "Un chant hyper simple et des contradictions dans le texte, des choses ambivalentes et un refrain gospel. C'est la confusion quoi !", explique Patchworks. "Je traitais le thème du Burn out quand on a écrit les paroles", précise Hawa. "Les tiraillements avec la hiérarchie, le manque de sens dans le travail lorsqu’on ne s'y retrouve plus. Mais ça peut s'ouvrir à tellement d'autres domaines !"  

Naviguant entre soul, Jazz, broken beat et disco, le nouvel opus Let it shine sort en mars 2020. Il est différent du premier. "Au niveau de l'énergie il est un peu moins ancré dans une tradition "nineties", hip hop, revival" explique le batteur. "Toute l'équipe a participé à l'écriture, à la composition, aux arrangements, au mixe. Pierre, aux claviers, a apporté beaucoup de matière, Bruno évidemment ! Jen a écrit comme une folle, une possédée (rires), Nicolas signe un morceau et j'ai moi-même composé un titre et écrit des textes avec Jen". Entre beats cadencés et basses jamaïcaines, inspirations d'hier et tendances actuelles, les textes portés par la voix captivante de Hawa évoquent la richesse et les difficultés des rapports humains.  

C'est de la soul musique de 2020. Là on part tous azimuts, c'est l'album le plus contemporain qu'on ait fait. - Patchworks