Menu
Écouter le direct

“Ghazal”, la flamme sensuelle d’Alsarah et Captain Planet

Publié lepar Ghislain Chantepie
Alsarah | Capture YouTube
Alsarah | Capture YouTube

Le producteur globe-trotteur dévoile un nouveau clip cathodique où brille la chanteuse nubienne.

De longue date, Brooklyn a offert à la musique populaire quelques-unes de ses plus grandes icônes. Dans ce vivier bouillonnant d’où ont surgi Lou Reed, Jay-Z, ou encore une bonne partie de la scène indie du début du siècle, une autre petite famille travaille depuis des années à faire de ce quartier new-yorkais l’épicentre d’un groove tropical et sans frontière. Producteurs, musiciens, chanteuses ou djs, ils sont ainsi quelques esprits libres à jeter des ponts depuis Brooklyn vers les traditions musicales du monde entier pour les mêler aux rythmes d’aujourd’hui.

A l’instar de Nickodemus et de son label Wonderwheel, Charlie B. Wilder a lui aussi forgé sa propre sono mondiale dans le creuset du djing et de la production de remixes. Passé (comme d’autres) par l’excellente radio universitaire new-yorkaise WNYU, ce digger né a enfilé son blaze de Captain Planet il y a une quinzaine d’années pour partager ses productions garnies de rap US, d’afrobeat, de house ou de baile funk, jusqu’à publier il y a trois ans un joli disque à quatre mains avec son comparse Chico Mann. 

De retour cet été avec un nouvel album intitulé opportunément No Visa¸ Wilder a invité sur ce disque quelques belles voix métissées parmi lesquelles la touche-à-tout Shungudzo ou encore l’étoile nubienne Alsarah. Née à Kharthoum il y a 38 ans, installée elle aussi depuis des années à Brooklyn, cette ethnomusicologue de formation s’est révélée en mixant l’héritage est-africain et la pop moderne dans un premier disque brillant. Avec son groupe The Nubatones, Alsarah dévoilait il y a quatre ans une fusion formidable des rythmes et du temps, tout autant qu'elle y narrait des histoires de vies, de diaspora, d’êtres humains piégés par les guerres et les migrations forcées.

A la croisée d’une love-song poétique et d’un folk nubien vitaminé, Ghazal est ainsi l’un des plus beaux extraits du nouvel album de Captain Planet. La voix d’Alsarah s’y fait, là encore, envoûtante tandis que les arrangements enivrants du producteur emportent la tradition dans une fugue intemporelle. Signé par la réalisatrice Maryam Shines, le clip du morceau dévoilé aujourd’hui s’empare de cette dimension chronologique en saisissant le regard de la chanteuse dans une nuée cathodique et rétro-futuriste. Hypnotisant.

"No Visa", le nouvel album de Captain Planet est sorti le 30 juin dernier via Bastard Jazz et s'écoute en intégralité à cette adresse.