Menu
Écouter le direct

Cimafunk invite La Nouvelle-Orléans sur l'hymne festif "Caliente"

Publié lepar Guillaume Schnee
Cimafunk + The Soul Rebels + Tarriona "Tank" Ball / Photo Giselle Gallego
Cimafunk + The Soul Rebels + Tarriona "Tank" Ball / Photo Giselle Gallego

Sur son nouveau titre, la star du groove cubain s'entoure du brass band de NOLA The Soul Rebels et de la chanteuse Tarriona "Tank" Ball.

Après avoir invité les musiciens légendaires de son île sur El Potaje, c'est à La Nouvelle-Orléans que l'artiste cubain Cimafunk est allé chercher de nouvelles saveurs à son puissant funk afro-cubain. Le jeune chanteur, compositeur et producteur, originaire de Pinar del Rio, a traversé le Golfe du Mexique pour la cité des rythmes grooves métisses et s'est lancé dans une jam torride avec le fameux brass band The Soul Rebels qui mêle soul, funk, hip hop et jazz et la talentueuse Tarriona "Tank" Ball, poète rappeuse du groupe Tank And The Bangas. Les artistes ont exploré et célébré les racines musicales africaines partagées de La Havane et de NOLA, propulsant tumbao et clave cubaines, chorus de cuivres sorciers, basse funk de NOLA et slam poétiques dans un maelstrom funk irrésistible :

Caliente est une expérimentation entre deux cultures qui partagent les mêmes origines. Nous voulions faire ressortir Cuba et la Nouvelle-Orléans, toutes deux enracinées dans le patrimoine africain. Nous voulons que les gens dansent et se sentent bien pendant qu’ils explorent ces liens, d’où l’accent mis sur le côté contagieux et le groove.

Caliente a été enregistré à la Nouvelle-Orléans et interprété pour la première fois par les artistes à Cuba en janvier 2020 au Getting Funky in Havana Music Festival. 

Cimafunk & The Soul Rebels / Photo Giselle Gallego
Cimafunk & The Soul Rebels / Photo Giselle Gallego

Erik Iglesias Rodríguez a grandi dans la périphérie de Pinar del Rio, une ville de province à 200km de La Havane. Il commence à chanter à l’église Bautista Libre, une église protestante où il accompagne sa grand-mère. Adolescent il s’essaie au reggeaton puis à la trova (chanson à texte). Il abandonne ses études de médecine en troisième année pour se consacrer à la musique et fait ses débuts en tant que choriste de Raul Paz et de David Torrens avant d'intégrer le groupe Interactivo et fonde le combo Los Boys. 

Il grave son premier album solo, Terapia, en 2017. Depuis, l'artiste autodidacte propulse son funk cubain sur la planète entière et multiplie les collaborations avec NG La Banda, Nube Roja ou Tony Succar. Sur les titres Ponte Pa’Lo Tuyo et El Potaje, il était accompagné des grands noms de la musique cubain comme Juana Bacallao, El Tosco, le Roberto Carcassés, Omara Portuondo, Chucho Valdés, Pancho Amat et la Orquesta Aragón.

Cimafunk est en concert :
le 20 juin au Orléans Jazz Festival
le 26 juin au Festival Magnifique Society de Reims