Menu
Écouter le direct

"Chicken No Dey Fly", le réveil afrobeat d’ONIPA

Publié lepar Ghislain Chantepie
ONIPA | Boomerang Records
ONIPA | Boomerang Records

Le duo afro-futuriste annonce un nouvel album et dévoile un premier extrait où s’invite la batterie du regretté Tony Allen.

À ma gauche, le Londonien Tom Excell, jeune leader de l’excitant collectif afro-jazz Nubiyan Twist auteur en mars dernier d’un réussi troisième album. À ma droite, le Ghanéen Kweku Sackey alias K.O.G. (comprenez Kweku of Ghana) qui fait rugir depuis plusieurs années sa tempête groove avec son combo The Zongo Brigade. Ensemble - et dans le peu de temps qui leur reste -, les deux musiciens ont fondé il y a trois ans ONIPA, un duo afro-électronique mêlant les traditions musicales africaines aux beats occidentaux et dont le nom signifie « humain » dans l’une des langues parlées au Ghana.

Tandis qu’on retrouvait déjà réunis cette année les deux comparses le temps d’un extrait du dernier disque de Nubiyan Twist, Excell et Sackey battent aujourd’hui le rappel de leur projet commun en annonçant pour la rentrée une suite à l’excellent We No Be Machine. Baptisé Tapes Of Utopia, ce second long-format d’ONIPA se veut un rappel de « l’âge d’or des cassettes africaines vendues sur les marchés de rue » et « d’une époque où la technologie était décentralisée » d’après le groupe cité par un communiqué.

C’est bien de ce bois qu’est déjà fait Chicken No Dey Fly, le premier extrait de cet album dévoilé pour l’occasion. Moins turbulent que les productions les plus futuristes du duo, ce nouveau titre s’ouvre tel un hommage aux traditions de l’afrobeat alors qu’une partie de batterie du regretté Tony Allen y fait office de base rythmique. Plus loin, la chaleur du micro reprend ses droits avec un ping-pong impeccable entre K.O.G. et le rappeur anglais Franz Von, invité du morceau, tandis que le morceau gagne alors en vitesse et en liberté dans un melting-pot de groove, de hip-hop, et de beatmaking euphorique.