Menu
Écouter le direct

Avec "#Kingbutch" Butcher Brown hisse son groove vers les sommets

Publié lepar Guillaume Schnee
Butcher Brown / Photo Jacob Blick
Butcher Brown / Photo Jacob Blick

Le quintet de Richmond sort son huitième album, véritable trésor de groove contemporain trouvant ses racines sudistes dans le jazz funk, le hip hop ou le rock.

Après un détour par Londres pour graver avec Mark Ronson l'album Camden Session en 2018, le collectif Butcher Brown a retrouvé ses studios Jellowstone de Richmond pour enregistrer fin 2019 un huitième long-format nommé #Kingbutch. Attendu le 21 septembre via Concord, ce nouveau chef d'oeuvre de groove sonne comme l'aboutissement de douze ans d'existence à propulser sur scène ou sur disque ce savant cocktail contemporain de jazz-funk gonflé au hip hop, au brass band et au rock sudiste.

Héritiers du Head Hunters de Herbie Hancock, de Weather Report ou du RH Factor de Roy Hargrove autant que de la néo-soul de D’Angelo, le producteur-claviériste DJ Harrison, le batteur Corey Fonville, le bassiste Andrew Randazzo, le trompettiste-saxophoniste, MC Marcus "Tennishu" Tenney et le guitariste Morgan Burrs s'illustrent chacun aux côtés de la crème de la nouvelle scène jazz et hip hop comme Christian Scott, Black Thought de The Roots ou en tournée avec Kamasi Washington, Lettuce ou Galactic. 

Mais c'est bien collectivement que ce quintet de musiciens virtuoses donne le meilleur, trouvant son équilibre entre énergie brute et sophistication délicate, improvisations jazz nerveuses et sensualité, travaillant ses compositions pendant d'interminables jam session. Butcher Brown joue sur l'équilibre entre les influences et les couleurs stylistiques, passe d'un son brut à des orchestrations raffinées, d'un tourbillon funk à un groove hypnotique, de l'acid jazz à un air de bossa-nova, de beats hip hop habiles propulsés par le flow de Tennishu et RVA Fly Anakin.