Menu
Écouter le direct

Ali Shaheed Muhammad et Adrian Younge dévoilent l'album "Jazz Is Dead 001"

Publié lepar Guillaume Schnee
Ali Shaheed Muhammad & Adrian Younge / Linear Labs
Ali Shaheed Muhammad & Adrian Younge / Linear Labs

Les deux maîtres actuels de la Great Black Music sortent une série de sessions gravées avec le vibraphoniste Roy Ayers mais aussi les légendes Gary Bartz, João Donato, Azymuth ou Marcos Valle.

Le multi-instrumentiste et producteur surdoué Adrian Younge s'est associé il y a quelques années au rappeur et producteur de Brooklyn Ali Shaheed Muhammad membre du mythique crew hip hop A Tribe Called Quest. De cette rencontre sont nés plusieurs sommets de Great Black Music comme la bande originale de la série Luke Cage, l'album The Midnight Hour suivi de sa version live; "Un idiome noir en ce qui concerne le jazz, le hip hop et la soul cinématographique pour la nouvelle génération " selon le producteur californien. 

Depuis 2017, les artistes, qui ont commencé leur carrière en tant que DJ et échantillonneur, ont décidé de lancer une série de sessions live dans leur studio Linear Labs mettant en vedette leurs héros musicaux pour créer de nouveaux morceaux. Un projet fou, au nom provocateur de Jazz is Dead, qui devrait donner le jour à sept albums présentés aujourd'hui par la compilation Jazz Is Dead 001 en écoute ici :

Jazz is Not Dead OO1 est un clin d'œil futuriste au passé sur lequel on retrouve le génial vibraphoniste Roy Ayers, prophète du groove mille fois samplé, mais aussi l'immense saxophoniste Gary Bartz, Brian Jackson, collaborateur privilégié de Gil Scott-Heron ou le claviériste Doug Carn, figure de proue du label Black Jazz d'Oakland. Dans cette liste d'artistes qui ont été échantillonnés pendant des années dans le hip-hop, la samba et le groove brésilien sont aussi à l'honneur avec la participation de João Donato, Marcos Valle et le groupe Azymuth. Le groove et le jazz rayonnent en maître sur ces huit compositions aux fusions sans âge et synonymes de liberté créatrice.

Pour nous, Jazz is Not Dead est plus qu’un simple show, c'est une célébration de nos précieux bastions de la liberté. Nous voulons que ces artistes ressentent l'amour pour ce qu'ils nous ont donné à une époque où les projecteurs ne brillent peut-être pas sur leurs œuvres. (Ali Shaheed Muhammad)