Spéciale Rachid Taha
Rachid Taha à Londres le 13 nov 2009 - Parkin/Getty

L’immense rocker punk devait fêter ses 60 ans ce 18 septembre. Son esprit de révolte nous manque déjà.

Mardi 18 septembre, dès 20h FIP rend hommage à l’artiste militant et poète engagé Rachid Taha avec des extraits de Live à Fip, des extraits de son Radio Vinyle dans la dicothèque de Radio France et de la musique dédiée. Une émission présentée par Gaelle Renard, programmée par René Hardiagon et réalisée par Denis Soula. 

Le chanteur Franco-algérien Rachid Taha, figure emblématique du rock alternatif des années 80-90, est mort à 59 ans d'une crise cardiaque mercredi 12 septembre. Un coup au cœur pour tous ceux et toutes celles qui ont connus cet artiste rare vivant avec la passion et la rage chevillées au corps et au cœur. Pionnier de mélanges musicaux inédits, il refusait les étiquettes et chantait pour aller au bout de ses envies, de sa folie, de sa vie. 

« Tu fais ce que tu vis et tu vis ce que tu fais ». Rachid Taha

Ses reprises ont marqué les époques, comme Rock the Casbah des Clash dont il était un grand fan ou Ya Rayah (en français : toi qui t'en vas), chanson de l'exil de Dahmane El Harrachi (grande figure du chaäbi de l'immigration algérienne), qui fut son plus grand succès :  

Rachid Taha est né à Sig, près d'Oran en 1958. Il arrive en France à l’âge de 10 ans, au sein de sa famille en exil qui s'installe en Alsace, dans les Vosges puis à Lyon où il s'est imposé comme un des pionniers du rock français. S’il s’est peu produit en Algérie, sa langue, sa musique innovante, s’en inspirent. En plein courant post-punk, il fonde le groupe Carte de Séjour en 1981 avec Mohammed (guitariste) et Moktar (bassiste) Amini qu’il rencontre en travaillant à l’usine Thermix, le batteur Djamel Dif, dit "Jess" et le guitariste Éric Vaquer, remplacé par Jérôme Savy. Leur premier album Rhorhomanie, sorti en 1984 et produit par le légendaire Steve Hillage, rend un hommage à Oum Kalthoum, à Bellemou et à Cheba Fadéla :

Entre rock à l'énergie punk et musiques orientales, avec basse, batterie, oud et derbouka, le groupe lutte pour les différences et chante la fraternité du monde. Le chanteur évoque le racisme, le chômage et les discriminations que vivent les jeunes issus de l'immigration. En 1986, dans un pays marqué par la montée du Front national, Carte de séjour se fait remarquer avec sa reprise malicieuse de la chanson de Charles Trenet, Douce France, symbole d'une jeunesse métissée. A cette époque Rachid Taha participe à la Marche des beurs entre Marseille et Paris. 

Carte de Séjour se dissout en 1989. Rachid Taha entâme une carrière en solo. Il part aux Etat-Unis et revient à Oran pour un premier album Barbès en 1990, mis en lumière notamment par l'immense succès de Ya Rayah. A la fin des années 90 il entame la tournée de "1,2,3 Soleils" aux côtés de Cheb Khaled et Faudel dans laquelle ils reprennent une vieille chanson traditionnelle algérienne, Abdelkader. En 1993, Rachid Taha retrouve Steve Hillage pour un deuxième album éponyme, emmené par Voilà Voilà. 

"Voilà, voilà que ça recommence. Partout partout ils avancent... La leçon n'a pas suffi. Il faut dire qu'à la mémoire on a choisi l'oubli. Partout, partout les discours sont les mêmes, "Etranger, tu es la cause de nos problèmes..." :

Taha poursuit sa quête d'ouverture avec Olé Olé en 1995, qui mêle toutes sortes d'influences, de rythmes et de continents, de la Louisiane au Mexique en passant l'Arabie, la techno new-yorkaise les rythmes yourouba, gnaoua ou jungle. En 1998 avec Diwan, il reprend des classiques chaâbi, des succès du groupe Nass El Ghiwane ou du maître du oud Farid El Atrache. 

Les nombreuses collaborations de Rachid Taha lui font honneur, que ce soit la fructueuse et longue association avec la figure du rock des années 1980 Steve Hillage ou celle avec le producteur et compositeur Brian Eno, le duo avec le chanteur des Têtes raides sur l'album Tékitoi (2004), son duo avec Jeanne Added en 2013 pour Now or never d'Elvis Presley, sur son album Zoom ou encore le groupe de rock sans frontières Couscous Clan monté avec Rodolphe Burger

En 2016, la carrière du chanteur algérien avait été saluée par la remise d’une Victoire de la musique. A la cérémonie, il chantait Ya Rayah avec Catherine Ringer : 

 
Après avoir lontemps travaillé avec le label Barclay, Rachid Taha venait de terminer un nouvel album dont la sortie était prévue en 2019 sur le label Naïve/Believe. L'inimitable et bouleversant artiste devait donner un concert à l’Opéra de Lyon le 22 septembre prochain, avec la participation de Steve Hillage et l'Orchestre de l’Opéra de Lyon, pour fêter les 20 ans de Diwân, 
son album de reprises de classiques de la musique arabe sorti en 1998.

Commentaires