Menu
Écouter le direct

Hommage à Idir

Publié le
Replay émission du 9 mai 2020 51 min
Idir, chanteur kabyle (Christian DUCASSE/Gamma-Rapho)
Idir, chanteur kabyle (Christian DUCASSE/Gamma-Rapho) ©Getty

Samedi soir à 20h, FIP célèbre en musiques le héros de la chanson kabyle disparu le 2 mai dernier à l'âge de 70 ans.

A l’annonce de sa mort très tôt dimanche dernier, c’est tout un peuple qui s’est figé puis, très vite, qui s’est mis à pleurer. Le chanteur algérien Hamid Cheriet alias Idir venait de succomber des suites d’une maladie pulmonaire et s’éteignait alors dans un hôpital parisien à l’âge de 70 ans. Vivant en France depuis une quarantaine d’années, ce héros de la chanson kabyle avait offert aux musiques maghrébines leur premier tube international avec la sortie en 1976 d’A Vava Inouva.

Fils de berger né en 1949 dans le village d’Ait Lahcène à quelques dizaines de kilomètres de Tizi Ouzou, Idir a trouvé la voie de la chanson presque par hasard, alors qu’il avait d'abord emprunté celle plus sérieuse d’une profession dans l’industrie. Nourri par les traditions et les mystères de la culture berbère, l’homme avait composé pour la chanteuse algérienne Nouara une berceuse intitulée A Vava Inouva qu’il interpréta à sa place au pied levé un jour de 1973 au micro de Radio Alger. Le succès, immédiat et massif, lança la carrière de celui qui devient bientôt au fil des ondes l’une des grandes figures de l’identité berbère.

Avec la sortie en 1976 du premier album d'Idir, A Vava Inouva devient un véritable hymne et fit connaitre la cause et la culture kabyle dans le monde entier. Ce disque est aussi le premier véritable pont musical lancé par la chanson maghrébine vers la France et au-delà, bien avant l’essor des musiques dites « du monde » et du raï à la fin des années 80. Bien plus tard, l’Algérien Khaled ne s’y trompera d’ailleurs pas en invitant sur scène lors d’un concert géant à Paris cette icône au regard toujours doux.

Véritable lien entre plusieurs générations bercées par ses chansons, Idir n’hésita pas non plus à tisser son folk traditionnel berbère avec d’autres horizons musicaux et des artistes amis rencontrés en France notamment. Aux côtés de Manu Chao, Zebda ou encore Maxime Le Forestier dont il transfigura le San Francisco en Tizi Ouzou, il publia ainsi l’album Identités en 1999 tel un hommage aux racines de chacun, nouant même avec Gilles Servat et Dan Ar Braz un lien audacieux entre sa flûte de berger kabyle et les cordes de la fronde celtique. 

Avec La France des Couleurs publié en 2007, Idir invite Akhenaton, Disiz, ou encore Oxmo Puccino sur un album où la scène rap tricolore est à l'honneur. A la chanson française, il dédiera encore un disque 10 ans plus tard avec Ici et Ailleurs, son ultime album où il retrouvait en duo Francis Cabrel, Bernard Lavilliers, Tryo, ou encore Charles Aznavour.

Programmation musicale
  • 18h59
    Zoot Sims Quartet - Noshin
    NoshinZoot Sims Quartet
    AlbumThat old feelingLabelMCA RECORDS
  • 18h04
    IDIR - IBEDDEL ZZMAN (LES TEMPS CHANGENT)
    IBEDDEL ZZMAN (LES TEMPS CHANGENT)IDIR
    AlbumIdirLabelSONY