Menu
Écouter le direct

Cyrius et Boris Bergman Sous les jupes de Fip

Publié le
Replay émission du 27 février 20172:04:55
Cyrius et Boris Bergman / Louis Mallart / Stéphane de Bourgies
Cyrius et Boris Bergman / Louis Mallart / Stéphane de Bourgies

Lundi 27 février à 20h, FIP reçoit Boris Bergman et Cyrius, à l’occasion de leur collaboration autour du nouveau projet de Cyrius, "Yokohama".

Sous les Jupes de Fip soulève le voile tous les lundis à 20h sur les sons et les couleurs de votre semaine musicale ; retrouvez une sélection de nouveautés et de pépites sonores dénichées par les programmateurs, ainsi que les petits secrets des disquaires. Une émission animée par Frédérique Labussière et Luc Frelon, réalisée par Philippe Cavalaria. La programmation musicale est signée Milena Rousseau. Cette semaine, Daniel Zanzara du disquaire La passerelle.2 , à Paris, viendra nous présenter sa sélection de titres. Après deux albums enregistrés à Cuba Le Sang des Roses et La Banda, le chanteur Cyrius nous plonge dans un nouveau voyage suspendu, s'inspirant cette fois du folklore argentin, des guitares gouailleuses des milongas, des airs de chacarera, des frappes de bottes du malambo, du chamamé et des tangos iconoclastes en français et en espagnol. Ecrit avec son acolyte de toujours, Boris Bergman, l'album Yokohama est sorti le 3 février sur le label World Village. Poète de l'intime et architecte sonore audacieux, Cyrius a finement ciselé un bijou intense et bouleversant dont il nous présentera, en session live, le titre Yokohama le 27 février. Il sera en concert le lendemain au Studio de L'Ermitage à Paris.

Pour le chanteur né à Tlemcen (Algérie), le choix des textes est aussi une histoire de mémoire. Un poème de Victor Hugo, un autre du 16ème siècle de Louise Labé sur un rythme de Malambo. Oranie, une autobiographie à la loupe, non de Bergman, mais de Cyrius, sur un étrange exil: le départ familial et la guerre en Algérie, d'où s'y échappe un tango orientalisé, décalé, de fait. Yokohama, avec le Japon, la grande passion, de Bergman, cette fois. Et puis Merci à la vie : une mise à nu, un objet à part, sous forme d'adaptation minimaliste par Boris Bergman de Gracias a la vida de Violeta Parra en français sur un rythme de chamamé andin.

Boris Bergman & ses interprètes Parolier multilingue, artiste touche à tout, Boris Bergman pourrait bien être un personnage de roman, il en a écrit trois, de ces héros atypiques qui gravent leur passage ici-bas avec une fausse nonchalance. En 50 ans de carrière, ce fan trilingue de rock, de polar, de bd et de culture japonaise a écrit plus de mille chansons pour les plus grands interprètes français, américains et anglais et ce quel que soit le genre musical. D’origine russe, né à Londres, il est arrivé en France à l’âge de 13 ans et a connu son premier succès en 1968 en signant signe Rain and Tears pour Aphrodite's Child et Les Feuilles de tabac pour Juliette Gréco. S’ensuivent de nombreuses chansons pour des artistes aussi divers que Dalida, Eddy Mitchell, Johnny Hallyday, Nana Mouskouri, Nicoletta… avant la consécration au cours des années 1980 avec les succès de Gaby oh ! Gaby ou Vertige de l’amour pour Alain Bashung. Depuis, la signature de Boris Bergman a continué d’apparaître sur le répertoire de nombreux autres artistes (Maxime Le Forestier, Vanessa Paradis, Carla Bruni, Christophe, Jean-Louis Aubert, Christophe Maé, Raphaël, Paul Personne…) et sur une multitude d’adaptations, notamment celles de Gainsbourg pour The Kills, Franz Ferdinand, Marianne Faithfull, Moby, Gregory Isaacs ou Keith Flint de Prodigy. Le coffret “Boris Bergman - Ses interprètes ”, sorti dans la collection Les Grandes Plumes de la Chanson, réuni 63 titre de l'auteur sur trois CD.

A écouter : la série Boris Bergman, le joueur de mots sur France Culture (A voix nue) par Jérôme Sandlarz et Vincent Abouchar ►►