Menu
Écouter le direct

Pink Note #5 : Chloé, Amosphère & DJ Piu Piu

Publié le
Replay émission du 5 avril 2021 35 min
Amosphère, DJ Piu Piu & Chloé | June Loper
Amosphère, DJ Piu Piu & Chloé | June Loper ©Radio France

Un podcast qui tend l’oreille et le micro aux musiciennes, compositrices et interprètes de la scène internationale actuelle. Cinquième épisode avec Amosphère, Chloé & Piu Piu.

En 2021, la musique continue de figurer parmi les domaines les moins égalitaires. C’est pourquoi FIP prête une écoute particulière et attentive aux artistes féminines, invitées à partager leurs réflexions sur le paysage musical contemporain et la place qu’elles y occupent. Pink Note, c'est huit entretiens où se livre la parole intime des premières concernées, et en musique !

“Puisqu’ils refusent de voir et d’écouter, alors ouvrons leurs les yeux et les oreilles.” C’est la démarche de Piu Piu, invitée en studio. Piu Piu c’est le nom de DJ qu’elle fait résonner derrière ses platines. Elle présente aussi une émission de radio “Good Sisters” avec 4 autres de ses acolytes. Un talk show intersectionnel qui vise à valoriser les femmes et personnes LGBTQIA+ dans la club culture. 

On croisera les parcours et les sons avec ceux de la productrice Chloé, enfant du club le Pulp et qui depuis reste l’une des rares à s’être imposée en tant que référence dans la musique électronique. Puis celui d’Amosphère, compositrice qui travaille les textures sonores et les images mentales grâce à ses synthétiseurs analogiques. Toutes les trois sont à l’intersection justement de mondes et de paysages qui s’entremêlent dans ce qu’on rassemble sous le nom de musique électronique. 

Silence. Pulsations. Boucle. Granulations. Loop. Synthétiseurs. Dada. Collage. Fête. Rave. Lorsque les femmes prennent possession de la technologie, celle-ci devient un moyen puissant et radical pour contourner les structures dominantes et s’émanciper. C’est l’opportunité de créer des espaces et d’y trouver l’exil. On y est souvent seul pour composer mais aussi libres, hors du monde.

C’est en tout cas avec cet enthousiasme que les pionnières de la musique électronique se sont emparées des premiers enregistreurs et synthétiseurs. Daphné Oram, Delia Derbyshire puis Laurie Spiegel, Suzanne Cianni et les françaises du GRM Beatriz Ferreyra, Eliane Radigue… Il y a eu ces femmes qui ont participé à la création des fondations de la musique que l’on entend partout aujourd’hui et puis silence. C’est comme si les femmes avaient presque disparu de ce territoire. Ou qu’elles en avaient été effacées.

Dans le sillage de ces pionnières, Amosphère, Chloé et PiuPiu nous racontent leurs débuts, leurs prises de conscience, leur pratique et comment elles l’ont défendue dans une jungle culturelle parfois hostile.  Bonne écoute.

Un podcast de June Loper avec Olivier Harnay à la prise de son et au mixage. Merci aussi à Taha Benabdelaziz pour sa participation à la composition du générique et à Florent Beauvallet à la programmation.