Menu
Écouter le direct

Club Jazzafip spécial Chicago

Publié le
Replay émission du 23 juillet 20171:00:05
La skyline de Chicago en 2014 | Scott Olson/Getty Images
La skyline de Chicago en 2014 | Scott Olson/Getty Images ©undefined

Dimanche 23 juillet à 19h, FIP reçoit Mathieu Durand pour un plongeon dans la ville de Sun Ra, Kanye West, Gil Scott-Heron et Tortoise.

De 19h à 20h, ça jazz à fip ! Jane Villenet (du lundi au jeudi) et Charlotte Bibring (du vendredi au dimanche) reçoivent chaque soir un programmateur pour une émission où s’entremêlent tous les jazz, des grands standards aux artistes émergents.

Chicago, ce n’est pas seulement la ville d’Al Capone, Barack Obama et Michael Jordan. C’est aussi et surtout un immense creuset à musiques. Mieux : la ville berceau de la « Great Black Music ». Ce terme, c’est l’Art Ensemble of Chicago qui l’a théorisé dans les années 60, porté par l’envie (et le besoin) de relier les « musiques noires » du monde entier.

Ce n’est donc pas un hasard si la capitale de l’Illinois démontre depuis près de cent ans une vivacité et un éclectisme impressionnants.

Ce n’est donc pas un hasard si elle a donné naissance à Sun Ra comme à Kanye West, Gil Scott-Heron ou Tortoise.

Ce n’est donc pas un hasard si le jazz de là-bas se teinte de hip-hop, de blues ou de soul et que le hip-hop de là-bas se nourrit au jazz, au blues ou à la soul.

Dans la « Windy City », les musiques ne sont pas hermétiques les unes aux autres : au contraire, elles s’interpénètrent et se nourrissent indéfiniment dans un cercle vertueux et intergénérationnel. Et puis à Chicago plus qu’ailleurs, les musiciens semblent former une communauté par-delà les genres et les styles. La preuve avec l’Arkestra de Sun Ra, l’A.A.C.M. de Lester Bowie puis de Nicole Mitchell ou le label contemporain International Anthem où l’on trouve le projet du guitariste « post-rock » de Tortoise, Jeff Parker, tout comme les impros aussi jazz que hip-hop du jeune batteur Makaya McCraven.

Chicago, c’est une sorte d’utopie sonique où toutes les musiques s’engagent main dans la main. Une ronde dans laquelle il fait bon se promener les oreilles grandes ouvertes.