Menu
Écouter le direct

Les musiques de films de Fanny Ardant

Publié le
Replay émission du 13 décembre 20201 heure 02
Fanny Ardant au Rome Film Fest 2019 - photo de Rocco Spaziani/Archivio Rocco Spaziani/Mondadori Portfolio via Getty Images
Fanny Ardant au Rome Film Fest 2019 - photo de Rocco Spaziani/Archivio Rocco Spaziani/Mondadori Portfolio via Getty Images

On plonge dans l'univers de la comédienne et réalisatrice romanesque qui chérit l’Indépendance de l’esprit.

FIP met le cinéma sur écoute et invite les auditeurs à une balade  dans l’imaginaire musical d’un cinéaste, d’un genre ou d’un compositeur  de musique de films. Une émission de Susana Poveda et Denis Soula. Programmation musicale Pierre François, mixage Dayana Alcide.

L'insaisissable, l'enthousiaste, la vibrante Fanny Ardant a été élevée dans une famille  aristocratique de cinq enfants, suivant un père officier de cavalerie à travers l'Europe,  qui installa la famille à Monaco pour travailler auprès du Prince Rainier. Enfant, elle a découvert le pouvoir des images avec le film, Le Monde du silence de Jacques-Yves Cousteau. Étudiante à Sciences Po à Aix-en-Provence puis aux Affaires étrangères à Londres, son désir d’actrice fut le plus fort, d’abord au théâtre puis au cinéma. Sa voix est, à elle seule, une musique lyrique pleine de mystère et de douceur. 

L'actrice farouche fut la muse de François Truffaut. Sa carrière bascule en 1981 avec La Femme d'à côté. Le réalisateur, envoûté par la beauté de l’actrice avec qui il va vivre une grande histoire d'amour, lui donne le rôle de Mathilde Bauchard qui aime à corps perdu son voisin Bernard, incarné par Gérard Depardieu. C'est Georges Delerue qui signe la musique : 

Suivront La vie est un roman d’Alain Resnais, Vivement dimanche ! de François Truffaut d'après Charles Williams, Benvenuta d’André Delvaux , L'Amour à mort et Mélo (_Alain Resnais), _La Famille d’Ettore Scola, Trois sœurs de Margarethe von Trotta d'après Anton Tchekhov jusqu'à Pédale douce de Gabriel Aghion pour lequel elle reçoit le César de la Meilleure actrice, on ne peut plus mérité ! :

Fanny Ardant aime l'opéra et aussi la chanson. C'est d'ailleurs à la radio qu'elle a fait sa culture musicale en écoutant notamment France Musique. En 1996, elle endossait le rôle de la Callas dans la pièce de théâtre Master class de Térence Mc Nally, mise en scène par Roman Polanski, au théâtre de la porte Saint Martin. Elle incarnera la diva à la fin de sa carrière, dans Callas Forever (2001) réalisé par Franco Zeffirelli. La B.O du film mêle des interprétations de la cantatrice et des partitions composées pour le film par Alessio Vlad.   

En 2013 dans Les Beaux Jours de Marion Vernoux, elle joue un rôle qui lui ressemble, un des plus beau de sa carrière, celui d'une dentiste nouvellement retraitée qui, refusant les conventions et l'ennui, vit librement une passion brûlante avec son professeur d'informatique trentenaire. Quentin Sirjacq signe la mise en musique de la B.O avec Les Mots Bleus de Christophe chanté par Laurent Laffitte, La Traviata de Verdi, 123 Apple Tree du duo Herman Düne ou encore la très belle version de Le temps l'emportera de Noir Désir chanté par Sophie Hunger : 

Fanny Ardant a réalisé trois long métrages : Cendres et Sang, Cadences obstinées et Le Divan de Staline. Dans Cadences obstinées elle met en scène une violoncelliste délaissée par l’homme pour qui elle a tout quitté, tenter de revenir à sa première passion, la musique… avec Asia Argento, Franco Nero, Gérard Depardieu...
Fanny Ardant confie la musique au pianiste et compositeur attitré des musiques des films de Michel Gondry, Jean-Michel Bernard :

Elle est aussi à l'affiche du film La Belle Epoque de Nicolas Bedos qui a reçu 11 nominations aux Césars 2020, aux côtés de Doria Tillier, Daniel Auteuil et Guillaume Canet. Côté musique, on trouve Billie Holiday, Souchon, Janis Joplin et aussi neuf titres composés par Anne-Sophie Versnaeyen, dont quatre en duo avec Nicolas Bedos . 

Elle est à l'affiche du film ADN de Maïwenn, aux côtés de la réalisatrice qui joue le premier rôle, de Louis Garrel, Marine Vacth et Dylan Robert. Une quête identitaire aux racines algériennes qui réunie la famille à la mort du patriarche et un bel hommage aux grand-parents qui sauvent des parents toxiques. La B.O de Stephen Warbeck mêle le son de l'Oud et d'un grand orchestre.

Inspiratrice de l'éternel féminin, Fanny Ardant fait une apparition dans le clip de Madame Rêve d'Alain Bashung. On se souvient aussi de son duo enregistré sur l’album d'Alex Beaupain, intitulé Baiser tout le temps : 

Programmation musicale
  • 19h54
    ROXY MUSIC - OVER YOU
    OVER YOUROXY MUSIC
    AlbumFlesh + bloodLabelVIRGIN
  • 19h50
    Sammy Decoster - Je veux etre à vous
    Je veux etre à vousSammy Decoster
    AlbumSortie 21LabelLA GRANGE AUX BELLES / MODULOR
  • 19h48
    Chilly Gonzales - Foule sentimentale
    Foule sentimentaleChilly Gonzales
    AlbumSouchon dans l'airLabelPOLYDOR
  • 19h44
    Fanny Ardant - A quoi sert de vivre libre
    A quoi sert de vivre libreFanny Ardant
    AlbumBof/8 femmesLabelWEA
  • 19h39
    Pepe Romero - Danza espanola op 37 n°2 : Oriental
    Danza espanola op 37 n°2 : OrientalPepe Romero
    AlbumAlbénizLabelPHILIPS
  • 19h34
    The Libertines - Music when the lights go out
    Music when the lights go outThe Libertines
    AlbumThe libertinesLabelROUGHTRADE
  • 19h30
    Stephen Warbeck - ADN : Le parc
    ADN : Le parcStephen Warbeck
    AlbumBOF / ADNLabel22D MUSIC
  • 19h21
    FANNY ARDANT - My Yiddish Môme
    My Yiddish MômeFANNY ARDANT
    AlbumRegine's duets
  • 19h02
    ALEX BEAUPAIN - Baiser tout le temps
    Baiser tout le tempsALEX BEAUPAIN
    AlbumAprès moi le déluge