Menu
Écouter le direct

Certains l'aiment Fip : On the Road

Publié le
Replay émission du 22 juin 20162:00:00
Duel, le premier film de Steven Spielberg, sorti en 1971.
Duel, le premier film de Steven Spielberg, sorti en 1971. ©undefined

Mercredi 22 juin à 20h, Certains l’aiment FIP part sur la route des B.O. de "car movies". Prenez le volant pour un voyage allant de courses poursuites endiablées à d'éphémères lunes de miel. En voiture !

FIP met le cinéma sur écoute et invite les auditeurs à une balade dans l’imaginaire musical d’un cinéaste, d’un genre ou d’un compositeur de BO. En explorant les partitions d’un cinéma sensible au son et aux vibrations, FIP propose un puzzle impressionniste jouant sur l’émotion et les sensations.

Pour cette dernière émission de la saison et à l’approche des départs en vacances, FIP vous plonge dans les B.O. de “car movies” cultes, ces films où la voiture devient presque un personnage à part entière de l’histoire. Une émission présentée par Susana Poveda, réalisée par Denis Soula et mise en musique par René Hardiagon.

On commence le voyage avec une belle séquence solaire tirée de Pierrot le Fou où les deux personnages, insolents de beauté et de liberté, ne font plus qu'un avec le paysage du sud de la France au volant de leur Simca Berline rouge, sur un fond sonore de Vivaldi. Ferdinand, incarné par le jeune Belmondo, nous adresse même la parole directement en raillant gentillement sa campagne de route, la petillante Marianne interprétée par Anna Karina. Ce film culte de Godard, parsemé de dialogues désinvoltes voire surréalistes, est considéré comme un précurseur du “road movie”. Il sera interdit aux moins de 18 ans à sa sortie en 1965 pour “anarchisme intellectuel et moral”, tout un symbole dans une société française à la veille de Mai 1968 :

La prochaine étape nous emmène en Italie avec la bande annonce du Fanfaron de Dino Risi, sorti en 1962. Un film où la Lancia Appia occupe le rôle principal, symbole d'allégresse, de liberté et de danger. Vittorio Gassman, un jeune homme exubérant et frimeur, embarque le pauvre Trintignant, un timide étudiant en droit, enfermé dans un certain conformisme. D'une légèreté enivrante, la virée prend rapidement des allures moins plaisantes. Du soleil éclatant à l’insoucience de la Docle Vita, tout est probalement trop beau pour durer...

Direction les Etats-Unis désormais avec une longue scène de course poursuite au volant d’une imposante Dodge Challenger, accompagnée du morceau Roadhouse Blues des Doors en bande sonore. Elle est extraite du road movie Vanishing Point de Richard C. Safiran sorti en 1971 (Point limite zéro en francais) , un film en plein dans le délire psychédélique de années 70 où l’on croise par exemple une femme nue à moto, pendant une course-poursuite géante entre un ex-pilote de course allumé sous marijuana et des flics pas très nets. Un véritable manifeste de la contre-culture de l’époque, qui se termine à San Francisco, la capitale du Flower Power par excellence. “The maximum trip, at maximum speed” comme nous l’annonce la voix off à la fin de la bande annonce.

Vous êtes prié de bien attacher votre ceinture...

On reste outre Atlantique avec peut etre LA scène d’ouverture du "car movie" par excellence, Christine du réalisateur-compositeur John Carpenter (1983). A peine assemblée, une Plymouth Fury 58 blesse les deux ouvriers qui s’occupaient d’elle sur la chaîne de montage. Ce ne sera que le premier des nombreux crimes commis par la diabolique voiture rouge aux pouvoirs maléfiques, véritable protagniste de cette adaptation d’un roman de Stephen King. Le véhicule sert ici à symboliser les questions de l’adolescence et de la passion destructrice. Personnage principal de l’histoire, Christine est tantôt perverse et tantôt passionnée, mais elle inspire toujours une forme d’angoisse :

Notre périple cinématographique se termine sur une touche plus légère avec un extrait de Car Wash, un film sorti en 1976 qui conte une journée ordinaire dans une station de lavage manuel de Los Angeles. Une scène haute en couleurs, proche de la comédie musicale avec en bande son le titre officiel du film produit par les mythiques Royce Rose. Les employés du car wash de Los Angeles se mettent ici au travail en dansant au rythme frénétique de ce veritable hymne disco. Ce film est assez bien représentatif de la période de la “Blaxploitation”, avec une grande majorité d’acteurs noirs ou issus de minorités (latinos, indiens...).

Rendez-vous donc à l'antenne le mercredi 22 juin à 20h pour ce dernier Certains l'aiment FIP de la saison.

L'équipe de FIP vous souhaite de bonnes vacances et de belles rencontres musicales.