Menu
Écouter le direct

Le cinéma iranien en musique

Publié le
Replay émission du 15 mars 202055:32
Abbas Kiarostami en 1996 / Kaveh Kazemi/Getty
Abbas Kiarostami en 1996 / Kaveh Kazemi/Getty

A l'occasion de la rétrospective du cinéaste Abbas Kiarostami au Centre Pompidou, FIP vous propose une ballade musicale dans l'immense richesse d'un cinéma toujours en résistance.

FIP met le cinéma sur écoute et invite les auditeurs à une balade dans l’imaginaire musical d’un cinéaste, d’un genre ou d’un compositeur de musique de films. Dimanche 15 mars, l'émission est animée par Susana Poveda, mise en musique par Pierre François et réalisée par Denis Soula.

Le Goût de la cerise, récompensé par la Palme d’or du festival de Cannes en 1997, Où est la maison de mon ami (1987), Close-up (1990), Et la vie continue (1992), Au travers des oliviers (1994), Le Vent nous emportera (1999), Ten (2002), Abbas Kiarostami, disparu en 2016, laisse une œuvre cinématographique majeure, composée de plus de quarante films. Le cinéaste et poète humaniste a longtemps rusé, avec toute sa subtilité, avec les interdits des autorités de son pays qui aujourd'hui encore continuent leur répression. Ainsi le réalisateur Mohammad Rasoulof qui vient d’être sacré au festival international du film de Berlin pour Un homme intègre, un film sur la peine de mort, a été emprisonné, comme le furent ses compatriotes Keywan Karimi, Jafar Panahi et bien d'autres.

Éminemment populaire, le cinéma est progressivement devenu un art majeur dans la grande beauté créative de la culture iranienne. Si depuis ses débuts le cinéma iranien a contourné une certaine censure, la révolution iranienne de 1979 et l'avènement du régime islamique ont obligé les cinéastes à une écriture et une réalisation aussi subtiles qu'audacieuses. Avec son mélange de fiction et de réalité, le cinéma reste le témoin privilégié de la grande vivacité du peuple iranien et de sa jeunesse avec tous les paradoxes de cette société où il est difficile de représenter la féminité et l’amour. Même dans les critiques sociétales les plus acerbes et les films les plus durs, la poésie inhérente à la culture perse tient toujours sa place comme dans Persepolis de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud, Valse avec Bachir d’Ari Folman, Le Client d'Asghar Farhadi.

Après l'immense succès populaire du cinéma farsi dans les années 60 puis la révolution islamique plusieurs organismes ont été créés dans les années 80 pour défendre un cinéma de qualité face au département artistique de l’organisation de la propagande islamique. Le cinéma iranien commence à s'exporter commence à remporter des prix dans les festivals étrangers jusqu'à la palme d’or du meilleur film pour Le goût de la cerise d'Abbas Kiarostami, l’oscar et l’Hugo d’or du meilleur film étranger pour le film Une séparation d'Asghar Farhadi, les onze prix internationaux remportés par l'actrice Fatemah Motamed-Aria, les deux prix du jury à Cannes pour la cinéaste Samira Makhmalbaf ou la palme d’or du meilleur acteur à Shahab Hosseini pour son rôle dans Le Client de Farhadi.

Contrairement aux idées reçues, dans ce pays où le modernisme vit avec le conservatisme religieux, les femmes réalisatrices comme Forough Farrokhzad, Rakhshan Bani-Etemad, surnommée la « Première Dame du cinéma iranien », Tahmineh Milani, Samira Makhmalbaf, Shirin Neshat, Marjane Satrapi ou Ida Panahandeh sont encore minoritaires mais sont de plus en plus nombreuses dans le cinéma iranien actuel.

En 2016 le réalisateur sortait le documentaire No land's Song sur la lutte de sa soeur compositrice Sara Najafi qui pendant deux ans a cherché et réussi à organiser à Téhéran un concert de chanteuses iraniennes mais aussi étrangères, Elise Caron, Jeanne Cherhal et Emel Mathlouti. Un film de résistance magnifique sur la place des femmes dans la musique iranienne.

Programmation musicale
  • 19h57
    Quando Quango - Love tempo
    Love tempoQuando Quango
    AlbumNew Order presents be musicLabelBENELUX
  • 19h50
    Shadi Fathi & Bijan Chemirani - Hitchestân
    HitchestânShadi Fathi & Bijan Chemirani
    AlbumDelâshenaLabelBUDA MUSIC
  • 19h47
    Dhafer Youssef - Nasikabhushani (To Zakir)
    Nasikabhushani (To Zakir)Dhafer Youssef
    AlbumSounds of mirrorsLabelANTEPRIMA
  • 19h37
    LOUIS ARMSTRONG - St. James infirmary
    St. James infirmaryLOUIS ARMSTRONG
    AlbumLa grande histoire du Jazz, 1898-1952 / Vol. 5
  • 19h33
    Nooshafarin - Goriz
    GorizNooshafarin
    AlbumFunk, psychedelia and pop frome the iranian pre-revolution generationLabelPHARAWAY SOUNDS
  • 19h30
    BO/PERSEPOLIS - THE EYE OF THE TIGER
    THE EYE OF THE TIGERBO/PERSEPOLIS
    AlbumPersepolisLabelDELABEL
  • 19h28
    BO/PERSEPOLIS - DANS LA VIE TU RENCONTRERAS BEAUCOU
    DANS LA VIE TU RENCONTRERAS BEAUCOUBO/PERSEPOLIS
    AlbumPersepolisLabelDELABEL
  • 19h24
     - Gole yakh
    Gole yakh
    AlbumPersepolisLabelDELABEL
  • 19h22
    TAKE IT EASY HOSPITAL - Chasing the sun
    Chasing the sunTAKE IT EASY HOSPITAL
    AlbumBOF / Les chats persansLabelWILD BUNCH RECORDS
  • 19h21
    TAKE IT EASY HOSPITAL - They sing
    They singTAKE IT EASY HOSPITAL
    AlbumBOF / Les chats persansLabelWILD BUNCH RECORDS
  • 19h15
    Hossein Alizadeh - Laments in joy
    Laments in joyHossein Alizadeh
    AlbumBof / Half moonLabelBA MUSIC RECORDS
  • 19h12
    Golshifteh Farahani - My sweat pepper land : Theme govend (version 2)
    My sweat pepper land : Theme govend (version 2)Golshifteh Farahani
    AlbumBof / My sweat pepper landLabelAGAT FILMS & CIE
  • 19h06
    STEVE SHEHAN - Yaar
    YaarSTEVE SHEHAN
    AlbumHang with youLabelNAIVE RECORDS
  • 19h05
    Benjamin Wallfisch - Desert dancer : You danced inside my heart
    Desert dancer : You danced inside my heartBenjamin Wallfisch
    AlbumBOF / Desert dancerLabelVARESE SARABANDE