Menu
Écouter le direct

Les musiques de Robert De Niro

Publié le
Replay émission du 3 novembre 201959:34
Robert De Niro au Tribeca Film Festival le 25 avril 2015 à New York City. Photo de Grant Lamos IV/Getty Images
Robert De Niro au Tribeca Film Festival le 25 avril 2015 à New York City. Photo de Grant Lamos IV/Getty Images

A l'occasion de la sortie du très attendu "The Irishman" de Scorsese à la fin du mois, on plonge dans l'univers de l'icône du cinéma américain.

FIP met le cinéma sur écoute et invite les auditeurs à une balade dans l’imaginaire musical d’un cinéaste, d’un genre ou d’un compositeur de musique de films. Dimanche 3 novembre l'émission est animée par Susana Poveda, mise en musique par Pierre François et réalisée par Denis Soula.

Il y a 12 ans Martin Scorsese et Robert De Niro débutaient le tournage autour de l’adaptation du livre J’ai tué Jimmy Hoffa, (Il était une fois le Bronx. en anglais) de Charles Brandt, sans trouver les fonds. Robert de Niro, y incarne Franck Sheeran, un ancien combattant de la Seconde Guerre Mondiale devenu tueur à gage au service du chef mafieux Russell Bufalino. Surnommé l'irlandais, il aurait fait disparaître le dirigeant syndicaliste des Teamsters en 1975. 

The Irishman présenté en avant-première à Lyon au Festival Lumière le 15 octobre en présence du réalisateur, est disponible dès le 27 novembre sur la plateforme Netflix. Néanmoins, afin de pouvoir concourir aux Oscars, il sort début novembre dans quelques cinémas de Los Angeles et de New York puis dans d’autres salles américaines et britanniques. Tourné à New York entre septembre 2017 et mars 2018, le film nous plonge dans l'Amérique de l'après-guerre. Grâce au procédé "de-aging", une technique de rajeunissement numérique, c'est un Robert de Niro rajeuni de plus de trente ans que l'on découvre dans la bande-annonce aux côtés d'Al Pacino et de Joe Pesci dont l'image a subi le même traitement : 

Né en 1943 à New York, d'une mère d'origine anglaise, allemande, néerlandaise et française et d'un père d'origine italienne et irlandaise, Robert De Niro a débuté sa carrière à Broadway avant d'infiltrer le monde du cinéma en tant que figurant sur Trois chambres à Manhattan de Marcel Carné. Il tourne trois films avec Brian de Palma entre 1968 et 1970, Greetings, The Weeding Party et Hi, Mom!. 

Il débute une longue et riche collaboration avec Martin Scorsese qui lui donne le rôle principal dans Mean Streets (1973), un film autobiographique dans le quartier de la "Little Italy" de New York où la mafia règne. De Niro joue Johnny Boy, le bagarreur incontrôlable. La musique tient une place primordiale dans le scénario car elle accompagne l'énergie des personnages. Scorsese a choisi de mettre tous les morceaux qu'il aimait dans sa fougueuse jeunesse et qui représentait leur manière de vivre. Les Ronettes, les Rolling Stones ... " Pour moi, Mean Streets, dixit le réalisateur, c'est "Jumping Jack Flash" et Be my baby"."

Son rôle dans le deuxième volet de la trilogie Le Parrain sur la mafia italienne, réalisée par Francis Ford Coppola, fut un véritable tremplin pour le jeune De Niro qui devient une star du cinéma hollywoodien. En composant la BO du premier film, Nino Rota, déjà connu pour ses pièces de musiques classiques et pour les musiques des films de Frederico Fellini ou du film Le Guépard de Luchino Visconti, entrait aussi dans la légende. Après Marlon Brando, De Niro reprend le rôle de Vito Corleone aux côtés de Al Pacino sur une deuxième partition écrite par Nino Rota et Carmine Coppola, cette fois récompensée par un Oscar : 

Le duo Scorsese-De Niro explose dans Taxi Driver où l'acteur joue Travis Bickle, un jeune homme traumatisé par la guerre du Vietman qui découvre les bas-fonds de NY au volant de son taxi. Scorsese confie la BO au maître Bernard Herrmann, compositeur fétiche d'Hitchcock, dont ce sera la dernière oeuvre. Le compositeur aurait déclaré, lors d’un premier entretien téléphonique avec le réalisateur : « Je n’écris pas sur les chauffeurs de taxis », mais aurait cédé en découvrant une scène du script où Travis Bickle prend son breakfast. «Moi aussi, j’adore verser du Brandy à la pêche dans mes corn-flakes ». 

Robert De Niro a tourné aussi avec Bernardo Bertolucci pour le film 1900, une saga sur l'éclosion du communisme et la montée du fascisme, où il donne la réplique à Gérard Depardieu. Il est à l'affiche de New York, New York aux côtés de Lizza Minelli, de Voyage au bout de l'enfer, le premier chef-d'oeuvre de Michael Cimino, du chef d'oeuvre Raging Bull où il incarne magistralement le boxeur Jake LaMotta qui remportait le championnat du monde des poids moyens contre Marcel Cerdan en 1949, de Il était une fois en Amérique de Sergio Leone sur une partition d'Ennio Morricone qui éclaire la grandeur et la décadence d'une bande de gangsters à la fin des années 60. 

Apprécié pour ses rôles puissants et sa diversité de jeu, il séduit encore dans l'affrontement d'anthologie avec Al Pacino, pour leur première apparition ensemble à l'écran dans le polar culte Heat de Michael Mann. La BO d'Elliot Goldenthal et de Lisa Gerrard mêle des compositions originales et des titres de Brian Eno, U2 ou encore de Moby avec notamment God Moving Over the Face of the Waters qui conclut le duel final :  

Citons encore Casino, une fresque magistrale sur l'emprise de la mafia et des jeux d'argent tout autant qu'un regard très critique des Etats-Unis. Scorsese filme la descente aux enfers de deux mafiosi, Sam Rothstein (De Niro) patron des casinos de Las Vegas et son ami Nicky (Joe Pesci) ainsi que la déchéance de Ginger, prostituée de luxe et épouse de Rothstein, magnifiquement interprétée par Sharon Stones.  La BO compile plusieurs genres de musique évoquant les années 70 comme Love is strange de Mickey and Sylvia, The Thrill is gone de B.B. King et des titres plus récents de Moby comme One of these mornings, ou encore Can't you hear me knockin ? des Rolling Stones :  

L'acteur est aussi réalisateur et producteur de cinéma. Il passait derrière la caméra pour Raisons d'Etat, Raisons d'Etat 2 et  Il était une fois le Bronx. 

Programmation musicale
  • 19h58
    London Afrobeat Collective - Walk alone
    Walk aloneLondon Afrobeat Collective
    AlbumHumansLabelLONDON AFROBEAT PRODUCTIONS LIMITED / THE PUSHER DISTRIBUTION
  • 19h52
    RAY CHARLES - COME RAIN OR COME SHINE
    COME RAIN OR COME SHINERAY CHARLES
    AlbumPURE GENIUS: THE COMPLETE ATLANTIC RECORDINGSLabelATLANTIC
  • 19h43
    Lars Danielsson & Paolo Fresu - Autumn Leaves
    Autumn LeavesLars Danielsson & Paolo Fresu
    AlbumSummerwindLabelACT MUSIC & VISION
  • 19h37
    KATE BUSH - SAM LOWRY S 1ST DREAM
    SAM LOWRY S 1ST DREAMKATE BUSH
    AlbumBrazil (film)LabelMILAN
  • 19h34
    ACADEMY OF SAINT-MARTIN-IN-THE-FIELDS - The mission (film) : Gabriel's oboe
    The mission (film) : Gabriel's oboeACADEMY OF SAINT-MARTIN-IN-THE-FIELDS
    AlbumBoth sides nowLabelBIS
  • 19h32
    ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE LONDRES - THE MISSION : MISERERE
    THE MISSION : MISEREREORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE LONDRES
    AlbumBof / The missionLabelVIGIN
  • 19h28
    Charlie Haden - Deep river
    Deep riverCharlie Haden
    AlbumCome SundayLabelUNIVERSAL MU
  • 19h20
    Derek And The Dominos - Layla (piano exit)
    Layla (piano exit)Derek And The Dominos
    AlbumBof / Les affranchisLabelATLANTIC
  • 19h13
    Bo/Taxi Driver - Theme from 'taxi driver'
    Theme from 'taxi driver'Bo/Taxi Driver
    AlbumBof / Taxi driverLabelARISTA
  • 19h11
    PAUL HORN - GREENSLEEVES
    GREENSLEEVESPAUL HORN
    AlbumThe vibe/Ultimate rare grooves series / Vol1LabelRCA/VICTOR
  • 19h07
    FRANK SINATRA - THAT S LIFE
    THAT S LIFEFRANK SINATRA
    AlbumNothing but the bestLabelFRANK SINATRA COLLECTION812279933-2
  • 19h01
    ENNIO MORRICONE - ONCE UPON A TIME IN AMERICA
    ONCE UPON A TIME IN AMERICAENNIO MORRICONE
    AlbumENNIO MORRICONE.MOVIES MASTERPIECES