Les musiques du sulfureux Gaspar Noé
Gaspar Noé- mai 2018 à cannes - Photo d'Emma McIntyre/Getty Images

A l'occasion de la sortie de son nouveau film "Climax", FIP suit, en musique, la caméra sous tension du cinéaste.

Cette année Certains l'aiment Fip prend ses quartiers tous les dimanche à 20h. FIP met le cinéma sur écoute et invite les auditeurs à une balade dans l’imaginaire musical d’un cinéaste, d’un genre ou d’un compositeur de BO. Une émission présentée par Susana Poveda et réalisée par Denis Soula avec une sélection musicale de Pierre François.

La caméra folle de Gaspar Noé capte l'élan vital et le chaos de notre époque. Dimanche 16 septembre, à l'occasion d'une interview sur FIP, il parle de son dernier long-métrage, Climaxtourné dans une école désaffectée de Vitry, en seulement 15 jours. Il s'agit cette fois de capter un état de grâce suivi d'un dérapage collectif. De jeunes danseurs et danseuses de toutes origines sont auditionnés, ées. A la fin des répétitions, avant leur tournée américaine, la troupe est invitée à une fête. Disposés à lâcher prise et drogués à leur insu, les performers se mêlent, à même le sol ....

Au départ le film devait se nommer "Psyché" car il traite du dérèglement mental, mais il s'agit aussi d'abandon de soi, car les jeunes artistes expriment leur moi profond en dansant. Fasciné par les gens qui dansent bien, Gaspar Noé a voulu trouver les meilleurs, meilleures, dans des styles et personnalités diverses. Waackeuses, vogueurs, krumpeurs se donnent corps et âme sur des tubes techno et électro des années 90 à 95 : un titre inédit des Daft Punk, Born to be alive de Patrick Hernandez, Supernature de Cerrone, Windowlicker d'Aphex Twin ou encore Angie des Rolling Stones :  

Gaspar Noé a commencé sa carrière cinématographique en tant qu'assistant de Fernando Ezequiel Solanas sur son film Tangos, l’exil de Gardel.  Puis il réalise un premier court-métrage, Tintarella di luna, sur lequel il rencontre Lucille Hadzihalivolic, devenue sa compagne et la co-fondatrice de leur société de production, Les Cinémas de la Zone. 

Avec sa caméra sous tension, il aime mettre le spectateur à l'épreuve en explorant la barbarie sous toutes ses formes. Son premier long-métrage, Seul contre tous ou la dérive d'un monstre ordinaire, ex-boucher, tenté par le crime, avait reçu le prix de la Semaine de la critique au Festival de Cannes 1998), bien que très violent et difficilement soutenable :
 

En 2002, Irréversible, un film sur le viol et la vengeance avec Vincent Cassel, Monica Bellucci et Albert Dupontel, faisait scandale sur la Croisette. Remontant le temps, passant de la haine à l’amour, de l’enfer au paradis, Gaspar Noé plonge le spectateur dans le chaos, insupportable et sordide pour certains et incroyablement fascinant pour d'autres. La musique hypnotique de Thomas Bangalter (du groupe Daft Punk) est pour beaucoup dans l'atmosphère oppressante du film : 

La frénésie créatrice de Gaspar Noé est à son apogée en 2009 dans Enter the void (Soudain le vide), un mélodrame psychédélique tourné en anglais au Japon, où il filme l'agonie d'un jeune dealer, abattu par la police de Tokyo. Ayant juré à sa soeur prostituée de ne jamais la quitter, il lutte pour ne pas mourir. On assiste aux dernières minutes de sa vie en vision subjective et on  s'accroche à son esprit qui erre dans la ville, par-dessus les vies, passées, présentes et futures. Il confie à nouveau la bande son à Thomas Bangalter qui cette fois la compose d'effets sonores, de nappes et de battements de coeur :

Gaspar Noé est un fervent admirateur de Kubrick et particulièrement de son film 2001 l'odyssée de l'espace. Il est aussi très influencé par les films de Fassbinder et de Pasolini ( Salò ou les 120 Journées de Sodome). Il prend à son compte la phrase de Buñuel : 

"Ne fais jamais pour de l’argent ce que tu ne ferais pas gratuitement, le travail c’est pour les esclaves".  Luis Buñuel

Dans son mélodrame érotique Love, sorti en 2015, il montre l'état amoureux dans ce qu'il a de plus charnel et règle son compte au mâle occidental. Electra et Murphy forme un couple moderne qui vit pleinement sa passion et sa sexualité avant que ne se forme un couple à 3 joué par Aomi Muyock, Klara Kristin et Karl Glusman. Pour ce film tourné en 3D dans l'urgence mais dans la joie, il a choisi des musiques de Satie ; de Bach ; des Pink Floyd, Is There Anybody Out There? ; de Glenn Gould ; des morceaux tirés des films d'horreur du maître John Carpenter, comme le thème de Assault on Precinct 13  ou encore le titre du groupe Funkadelic : 

Bienvenu dans l'univers trash et les musiques étourdissantes du cinéma instinctif de Gaspar Noé.  

Commentaires